Articles

Euskadi avec Nicole Elbert, artiste-peintre

Image
Je ne suis pas Basque et il n'est pas nécessaire de l'être pour y être reçu comme si l'on était de la famille et du pays... enfant, j'avais déjà approché Euskadi, grâce à un oncle que j'aimais beaucoup, plus tard, à travers mes études espagnoles et mes séjours là-bas, notamment à Donostia - Saint-Sébastien -, et enfin l'an dernier, chez mes amis Nicole et Thierry, tous deux artistes dans l'âme : Thierry fait partie du choeur d'hommes OLDARRA, que j'ai eu la chance de rencontrer et surtout écouter, Nicole peint... elle est déjà très présente sur ce blog mais là, il m'a tenu à coeur de vous donner à voir l'ensemble de ses toiles aux techniques diverses qui chante et danse les couleurs locales... Bienvenue en Euskadi où le mot " amitié" a cette profondeur nécessaire à sa longévité jusqu'à l'éternité ! Fran Nuda     A l’ouest de l’Europe, blotti dans les plis des derniers contreforts pyrénéens, le Pays Basque est posé de part

L'élégance du regard, Maurice Elmaleh

Image
Le regard bienveillant, l'âme sensible, le coeur ouvert, la focale efficace et perspicace, le sens de l'autre, et puis ce petit quelque chose en plus qui se devine mais qu'il laisse à l'intime dans le respect des siens. C'est le portrait succinct d'un photographe, toi, Maurice Elmaleh, alors tous mes voeux en ce jour qui t'a vu naître, et nous sommes très certainement très nombreux à louer ta présence élégante au monde à travers tes photos où vibre ce qui te porte, t'apporte, t'emporte et t'importe. Bon anniversaire ! Et quel heureux hasard que ce jour soit presque aussi celui contre les violences faites aux femmes, violences qu'elles subissent encore chaque jour trop souvent mais il est aussi des hommes dignes de ce nom qui savent combien, sans la femme, ils seraient invalides, notamment du coeur, et qui leur rendent hommage... Enrichissons-nous de nos différences et longue vie à toi, Maurice Elmaleh !  Fran Nuda      Ah j'oubliais : la

Claudine Lorent et le kaléidoscope des âmes en peine

Image
Née en 1951 à Charleroi, infirmière en unités de soins intensifs pendant 28 ans dont 18 de nuit, Claudine Lorent a  également enseigné pendant 5 ans en tant que maître de formation pratique et chargée de cours. Claudine avait pour projet d'écrire un livre sur sa maladie. Sur la souffrance engendrée par cette maladie, le calvaire de la chimio, la méchanceté des gens et l'indifférence des gens face à la maladie. Elle a combattu pendant 7 ans contre ce crabe. Trois opérations, des rayons et de la chimio pendant 7 ans. Elle souffrait en plus de fibromyalgie et d'une allergie au froid ( une différence de quelques degrés pouvait lui causer un choc vagal ). Elle a toujours travaillé sauf lors des opérations évidemment. Elle a choisi l'euthanasie lorsque les métastases sont arrivées au cerveau pour mourir dans la dignité. Elle était une personne admirable. Ce livre est une illustration de nos souffrances. La couverture a été faite par ma nièce Mélanie Lorent et illustre pour mo