Livre " Trois chevaux ", de Erri De Luca, extrait

 Comment ne pas associer ce texte extrait d'un livre lu tout récemment  dont le sujet est éloigné de cet extrait, avec cette magnifique toile de Anne Vignau ? A déguster lentement...


Fran Nuda

 





Acrylique sur toile au couteau
   60x60 de Anne Vignau
   

"Ambiance"





Ainsi toute la journée je suis dans un jardin où je m'occupe d'arbres et de fleurs, où je reste silencieux de bien des façons, pris par quelque pensée de passage, une chanson, la pause d'un nuage qui enlève au dos soleil et poids.

Je m'en vais dans le champ avec un jeune pommier à planter.
Je le pose par terre, je le tourne, je regarde ses branches à peine ébauchées prendre leur place dans l'espace qui les entoure.

Un arbre a besoin de deux choses : de substance sous terre et de beauté extérieure. Ce sont des créatures concrètes mais poussées par une force d'élégance. La beauté qui leur est nécessaire c'est du vent, de la lumière, des grillons, des fourmis et une visée d'étoiles vers lesquelles pointer la formule des branches.

Le moteur qui pousse la lymphe vers le haut dans les arbres, c'est la beauté, car seule la beauté dans la nature s'oppose à la gravité.

Sans beauté l'arbre ne veut pas. c'est pourquoi je m'arrête à un endroit du champ et je lui demande :

 '' Ici, tu veux ? ''

Je n'attends pas de réponse, de signe dans la main qui tient son tronc, mais j'aime dire un mot à l'arbre. Lui sent les bords, les horizons et cherche l'endroit exact pour pousser.

Un arbre écoute les comètes, les planètes, les amas et les essaims. Il sent les tempêtes sur le soleil et les cigales sur lui avec une attention de veilleur. Un arbre est une alliance entre le proche et le lointain parfait.

S'il vient d'une pépinière et qu'il doit prendre racine dans un sol inconnu, il est confus comme un garçon de la campagne à son premier jour d'usine. Je le promène ainsi avant de creuser son emplacement.





    

Commentaires

  1. Oh c’est vraiment superbe Fran.... ce texte sur l’arbre.... depuis que je sais qu’ils communiquent entre eux, je les regarde d’une autre façon... encore plus respectueuse.. merci!!!

    RépondreSupprimer
  2. Quel beau texte Fran.... je regarde les arbres avec encore plus de respect depuis que je connais leur capacité à communiquer entre eux.... merci infiniment d’avoir pensé à unir ces deux-là.....

    RépondreSupprimer
  3. Contente que tu le ressentes comme moi, Anne...

    RépondreSupprimer
  4. Et avec ce tapis anisé, les maîtres de la prairie sont sublimés!

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique texte et superbe oeuvre ! Bravo Fran et Anne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Patsy... félicitons cet auteur italien et sa traductrice pour ce livre que j'ai beaucoup apprécié.

      Supprimer
  6. Texte et peinture se complètent et se subliment. Fran ou l'art des associations , superbe!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Tears for trees