Mu, le maître et les magiciennes, Alexandro Jodorowsky


 Ni roman ni autobiographie mais un savant mélange des deux... encore un rendez-vous avec la magie, en quelque sorte, avec la seule et unique magie, celle de la vie. Et cette chute dans le vide dont nous revenons grandis,  ni blessés, ni indemnes... Dompter l'intellect et tomber en vacuité comme on tombe en amour, aux racines de l'amour, à l'image de la fleur de lotus... aller de l'individuel à l'universel... Oublier les mots et muter... En route vers les énergies créatrices et l'intuition comme guide sur ce chemin qui conduit à l'autre rive, à travers les aventures physiques et spirituelles d'Alexandre Jodorowsky ;  un livre lu il y a plusieurs années mais qui m'a profondément bousculée... Un renversement... Puisse en  être et naître aussi ainsi pour vous...
Fran Nuda

 


Photo prise sur le profil FB de Ching Yang Tung

 

Mais le kesa d’Ejo parut me dire : '' Ne reste pas à la surface. Au-delà des paroles du Bouddha, sous le fond ultime et sur la plus haute cime habite la grande passion. Écoute ce que la conscience cosmique, oiseau Phénix surgissant du mental en flammes, te dit : la vie est pur bonheur. La naissance, la maladie, la vieillesse et la mort sont quatre cadeaux aussi merveilleux que le cycle des saisons. Tu ne peux jamais être séparé de ceux que tu aimes, ils vivent en toi pour toujours. Devoir être avec ceux que tu n'aimes pas est impossible parce que tu as cessé de détester ; comme celle du soleil, ta lumière est pour tous, tu aimes même ce qui paraît odieux. Ne pas pouvoir satisfaire les désirs, n'est pas souffrance parce que ce qui importe, c'est le prodige d'avoir des désirs ; que tu les satisfasses ou non, ils te donnent le sentiment d'être vivant. Va au-delà de :  La cause des souffrances est l'attachement aux désirs, aux choses, parce que l’attachement aux désirs et aux choses, lorsqu'il n'est pas possessif est bonté sublime. Tout ce qui paraît impermanent reste gravé dans la mémoire de Dieu. Chaque seconde est éternité. Va au-delà de : En mettant fin à ces attachements on peut mettre fin aux souffrances. On ne peut mettre fin à ces attachements car, le tout n'étant qu'un, comment l'unité se détacherait-elle d'elle-même ? L'attachement par amour est le chemin de la réalisation. L'être éternel, avec une infinie tendresse, est attaché à toi. Va au-delà : Pour mettre fin aux souffrances, il faut suivre l'Octuple Sentier : vue, pensée, parole, comportement, vie, effort, attention et concentration adéquates. Libère-toi des chaînes conceptuelles, aie confiance en la sage Création, car tu ne fais pas partie d'elle, tu es elle. Pour vivre en plein bonheur, marche dans la plaine infinie dépourvue de sentiers, laisse tes yeux voir ce qu'ils t'invitent à voir,  ne leur mets pas d'œillères ; permets à ta pensée d'errer dans toutes les dimensions, donne à chaque parole des racines dans ton cœur, comporte-toi comme un enfant aimé de ses parents, vis mille vies en une seule vie, ne fais pas d'efforts, laisse les choses se réaliser à travers toi, car chaque acte naturel est un cadeau, l'attention et la concentration sont filles d'un amour passionné, pense, sens, désire, vis avec plaisir. Un chat ne fait aucun effort pour se concentrer lorsqu'il regarde une souris... Va au-delà de : Tout vient de l'ignorance. Pourquoi devons-nous naître ?  Pourquoi devons-nous mourir ? L'unité est connaissance totale, lorsque tu t'intègres à elle il n'y a pas d'ignorance. Lorsque apparaît le soleil, l'obscurité s'évanouit. Nous devons mourir pour pouvoir naître. L'existence ne nie pas la mort, elle la vénère. Il n'y a pas volonté d'exister lorsqu'on existe éternellement. L'angoisse de vivre est engendrée par le manque de contact généreux avec le monde, qui n'est ni extérieur ni intérieur, étant donné qu'il n'y a pas de séparation. Regarder, c'est bénir ; entendre, toucher, sentir, goûter, c'est bénir. Le corps, l'âme, l'esprit, les fonctions mentales sont une même chose. L'ignorance c'est vouloir se séparer d'eux. Va au-delà de : Tout change sans arrêt. Tout est impermanent et passe. Il n'y a rien de permanent. En Dieu rien ne change sans arrêt. Tout est permanent, éternel, infini, ça ne passe jamais. Va au-delà de : Notre ego n'a pas de substance. Notre ego indélébile, nous étant donné par Dieu, est notre différence. Sa substance est divine. Il n'y a rien qui n'ait de substance divine. Va au-delà de : Tout n'est que vacuité, ku, point zéro. Rien n'est ku, la vacuité est une illusion. Tout est rempli de Dieu. ''

Commentaires

  1. Waouh ce texte est puissant et il faut le lire et le relire encore et encore pour s'en approcher dans un premier temps puis pour s'en imprégner si possible .Au début l'écrit m'a fait penser à Lao Tseu ,sauf que celui ci est dans l'inaction et le subir ;ce que ne suggére pas Jodorovski . Je prends ce texte a priori comme un écrit positif pour se réaliser au mieux ;mais je sens qu'il y a quelque chose de plus spirituel que je n'arrive pas à saisir pour l'instant.
    Cependant c'est un texte qui n'est pas anodin et qui mérite qu'on s'y attache voire s'y accrocher pour le comprendre vraiment !
    La photo très bien vue par rapport au texte proposé.
    Merci Fran pour cet ecrit qui m'interroge sur mes convictions ; je cois que je le relirai ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te recommande la lecture globale de ce livre... qui bouscule d'autant plus qu'il est l'expression d'un vécu... qui témoigne des expériences que l'on peut vivre et qui nous dépasse en même temps... j'en sais un tout petit peu quelque chose... ;)

      Supprimer
  2. Pas aussi à l'aise avec les mots que Patricia et toi mais tout à fait d'accord sur le fait que ce texte doit être lu ,relu, et approfondi. Mais il ne met pas à mal mes convictions qui en sont très proches.Quel bonheur de se promener sur ton blog, découvertes, réflexion et bonne humeur !!! Merci Fran

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me le dire et de continuer à me suivre sur ce blog... j'y retrouve mes vrais amis et des inconnus intéressés par ce qui s'y écrit... et de bien des lieux insoupçonnés, c'est assez captivant, je trouve...

      Supprimer
    2. ce texte est trés beau il bouleverse faut le lire plusieurs fois avant pour le visualisé quand il est bien compris il nous fait prendre conscience ...
      personnellement mes convictions sont trés proche de celle lecture ; dieu est partout par cette lumiere qu il donne qui faut savoir voir ...pas facile !!!

      fran comme a son accoutumé avec cette photo a su bien le montrer !

      Supprimer
    3. merci Liliane pour ton commentaire sachant que ce Dieu-là est plus du domaine de divin en soi que du dogme religieux qui s'en éloigne beaucoup... en fait, le divin est en nous, à nous d'en rester proches et de le laisser vivre en nous, surtout... Pour cela, pas besoin d'église ni de dogme... le divin dans le sens d'électro-magnétisme dont nous sommes pourvus et qu'il nous appartient de nourrir et de le laisser vibrer... scientifiquement on y vient de plus en plus...

      Supprimer
  3. Ça donne bien envie de tenter la lecture complète du livre ! (Bien que comme certains bouquins que tu m'as prêté il soit un peu complexe à comprendre au premier abord :) )
    Et pourquoi Dieu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dieu ? Bé faut bien donner un nom à ce qui n'en a pas et nous dépasse... même si ce mot est quelque peu galvaudé faut bien l'avouer... mais si on se recentre sur l'essentiel, il trouve tout son sens qui est celui de la vie... l'intelligence de la Vie. Voilà mon anonyme préférée car je crois savoir qui tu es... ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Colores, Poesía de Federico García Lorca

A love story, tableau de Alex Platt, texte de Carmen Pennarun