Réel ou Virtuel ?

Aujourd'hui, je voudrais porter votre réflexion sur ces mondes qui ne cessent de se défier : Réel et Virtuel. Chacun a sa petite idée, le plus souvent théorique car dans la pratique, pas toujours simple de faire la part des choses... alors, pour quelque peu alimenter votre réflexion, comme un clin d’œil du jour, j'ai choisi cette " Carte blanche " extraite de la revue Psychologies de Mars 2016, carte blanche offerte à Christophe André, psychiatre et psychothérapeute qui nous parle ici d'un moment de vie pris sur le vif - au sens propre comme au sens figuré, d'ailleurs 😄- comme le quotidien nous en offre souvent sans que nous y soyons particulièrement attentifs... J'y associe cette photo tout aussi rafraîchissante que le texte, me semble-t-il... Le fait que ce soit une femme est pure coïncidence qui, il faut bien le reconnaître avec humour, fait parfois bien les choses... et  confirme combien homme et femme sont complémentaires et nécessaires non seulement à la survie de notre espèce mais aussi à celle de notre réflexion à chacun, n'est-ce pas ? 😜


Fran Nuda

Photo libre de droits du WEB

Intranquille, gare de Lille

Je rentre chez moi après un congrès. A la gare, j'ai un peu d'avance avant que mon train n'arrive. Il fait froid dans le hall, alors qu'un beau soleil d'hiver éclaire la matinée ; je sors m'installer sur un banc pour savourer la lumière et l'instant. Mais ce n'est pas simple.
Rapidement, deux jeunes filles viennent me demander " une petite pièce ". Porte-monnaie au fond de ma valise, gêne de tout ouvrir et déballer sous leurs yeux, réticence à obtempérer à leur sollicitation formulée avec un mélange d'agressivité et d'indifférence feinte (je me doute bien qu'elles préféreraient avoir de l'argent que d'en demander). Impression aussi que c'est pour acheter de la drogue. Je refuse, elles s'éloignent.

Je m'installe un peu mieux et ferme les yeux pour voir le soleil à travers mes paupières. Un monsieur arrive, allume une cigarette, et se tient debout à quelques mètres, juste dans l'axe du petit vent froid qui rabat sa fumée sur moi. La plupart du temps, il ne tire pas sur sa clope mais la laisse se consumer à l'extérieur ; c'est cette fumée même pas filtrée par ses poumons, qui arrive dans les miens, et je n'aime pas ça. J'ai la flemme de lui demander d'arrêter, je vais m'asseoir un peu plus loin sur un autre banc.

Je referme les yeux, et souris doucement, content d'être là, même s'il fait froid, même si la circulation fait du bruit. " Monsieur, s'il vous plaît ? " C'est un homme qui voudrait lui aussi un peu d'argent. Quelques minutes après, une jeune Gitane m'en demande, avec le visage fermé d'une enfant dont la vie est dure, et qui est résignée à ne pas être aimée.
J'ai compris. Mon souhait à moitié normal (passer un quart d'heure tranquille sur un banc au soleil) est aussi à moitié chimérique, car je suis dans un lieu public, où chacun vient chercher ce dont il a besoin : soleil et tranquillité pour moi ; possibilité de fumer pour le monsieur ; argent pour les autres. C'est normal, c'est le monde réel. Alors ce matin-là en tout cas, je ne m'agace pas. tendresse et compassion pour ces humains qui m'ont empêché de profiter de mon bout de banc au soleil. Si je veux être tranquille, ce ne sera ni à cet instant, ni à cet endroit.
Je rentre dans la gare. Personne ne me demande plus rien, lois et vigiles écartent mendiants et fumeurs. Je me demande si j'ai fait le bon choix entre ces deux univers, entre le monde réel de l'extérieur, beau et dérangeant, et le monde virtuel de la gare, où j'ai la paix sans le soleil.
Une voix de femme robotisée annonce que mon train entre en gare. Le bon choix ? Je connais la réponse : je préfère l'inconfort nourrissant du réel à la quiétude creuse du virtuel. Vivre dans le réel, c'est comme marcher pieds nus : parfois le sol est doux, parfois il nous fait mal. je ne veux pas passer ma vie pantoufle aux pieds.

Christophe André

Commentaires

  1. Superbe ton texte et tellement vrai ! La question que je me pose c'est au sujet justement du virtuel ....
    Je comprends quand tu parles du réel qui est l'extérieur car il nous confronte directement avec la misère, les demandes des gens quelqu'elles soient et les sollicitations diverses .
    Par contre le virtuel dans la gare ,peut etre pour une apparente protection , la vpix robotisée cela m'échappe. ...
    Quant à la photo elle me semble réelle et virtuelle en même temps, mais je ne peux expliquer pourquoi je le ressens de cette façon. ...
    Un questionnement qui mérite qu'on arrête un moment de s'agiter et qu'on se pose. ....
    Merci Fran ,j'apprécie beaucoup ce sujet pas anodin pour moi ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Patricia ! Si tu n'existais pas, il faudrait t'inventer... mais alors la question s'immiscerait de nouveau : réel ou virtuel ? ;) Mais une chose est sûre : je t'aime telle que tu es, là, maintenant...

      Supprimer
  2. Virtuel, le dico nous dit quelque chose ou quelqu’un qui est susceptible d’exister mais qui reste sans effet dans le présent .
    Faux , j’ai des amis virtuels , loin du genre papillon posé sur mon épaule avec qui je parle , mais des personnes, des vraies qui existent et qui me font bcp d’effet . Amitié, tendresse, amour même et hier, aujourd’hui et demain . .
    Faux aussi pour le lieu, je rentre ou je veux dans mon monde et personne ni rien ne peut m’en empecher. .
    Mon virtuel est dans la tête et il m’aide, , c’est ma liberté et contrairement au hall de gare il m’offre d’innombrables possibilités

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir réfléchi à la chose et de nous livrer ta vision, chère Syl...

      Supprimer
  3. Je me sens toute petite face aux essais philosophiques de Patricia et Sylvie. Je n'aurais pas employé le mot virtuel mais aseptisé pour la gare, on chasse tout ce qui peut déranger, comme des microbes. J'aime côtoyer la vie, sous toutes ses formes, garder les yeux ouverts. Quand au virtuel je rejoins Sylvie, il y a des amis virtuels de chair et d'os, on le sent, c'est palpable, et leur éloignement chagrine autant que les"réels "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta participation à un débat bien actuel puisque nous réduisons de plus en plus ce mot " virtuel " au numérique alors qu'il existe depuis bien plus longtemps. Intéressant donc de revenir sur l'étymologie du mot et je donne ici un extrait pris sur Wikipedia qui m'a semblé particulièrement pertinent :

      Selon Denis Berthier, « est virtuel ce qui, sans être réel a, avec force et de manière pleinement actuelle (c'est-à-dire non potentielle) les qualités (propriétés, qualia) du réel »9. Cette définition est basée sur l'étymologie du mot (du latin virtus -vertu-, et non de virtualis, mot inventé au Moyen Âge), ainsi que sur les usages techniques du terme dans des expressions comme « image virtuelle », « réalité virtuelle », « son virtuel », « environnement virtuel », etc.

      Le prototype du virtuel en ce sens est le reflet dans un miroir. En effet, le reflet d'un objet est déjà là, que je sois là ou non pour le percevoir ; il n'est pas en attente d'une quelconque actualisation. Il s'impose à la vue et tant « que les conditions d’observation (être dans la portion d’espace adéquate) sont satisfaites (ce qui fait tout de même une différence tangible), rien ne permet de le distinguer visuellement de l’objet réel »10. Ce qui n'est pas forcément le cas d'autres modalités sensorielles, tel que le toucher et le son. On ne peut saisir une image, tout comme l'on peut créer un son virtuel qui semble provenir d'un endroit d'où aucun son réel ne sort.

      Dans cette conception, on comprend que d'un objet virtuel, non réel mais pleinement actuel, puisse être issu des effets réels (comme les rayons réfléchis), de sorte que la perception qu'on en a et toute notre relation à lui sont bien réelles, tout comme le sont (dans le champ visuel) celle du reflet ou (dans le champ auditif) celle d'un son virtuel. C'est également ainsi que l'on peut recourir à la réalité virtuelle pour soigner des phobies, y compris à travers l'hypnose.

      Les nouvelles technologies de la réalité virtuelle tentent d'offrir une immersion sensorielle totale. Elles visent principalement à « à étendre à tout l’espace le champ d’observation visuelle des objets virtuels ; et à étendre l’immersion à d’autres modalités sensorimotrices. Toutes les propriétés du virtuel relevées au sujet des images virtuelles se transposent, par construction, aux « mondes virtuels » de la réalité virtuelle »10.

      L'importance significative de cette définition est le fait qu'elle met l'accent sur le virtuel comme expérience réelle et actuelle mais médiatisée par une interface, un objet technique. Denis Berthier donne également comme exemple les allumettes, le feu qui peut-être considéré comme virtuel depuis l'invention des techniques d'allumage. Mais il démontre qu'il n'y a rien de virtuel, ni potentiel dans le feu, car il faut une action extérieure précise sur l'allumette, action qui par ailleurs va changer sa situation10. Ici, l’expérience de l'allumette qui devient "flamme" par friction avec son extrémité est bel et bien réelle.

      Supprimer
  4. Dans le texte ci-dessus, que ce soit la rue ou la gare, tout ce que je vois est bien réel, seule la voix de la femme peut sembler virtuelle mais cette femme existe bien .Le virtuel c'est comme les souvenirs, lorsque je pense à mes chers disparus, je ne peux plus les toucher mais ils sont toujours vivants dans mon cœur et ont bien existé.De nos jours, le virtuel est souvent abordé négativement, les réseaux sociaux, les jeux vidéos...etc mais c'est à chacun de nous de faire la part des choses.Voilà ma petite analyse bien modeste ....Merci Fran!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de te lire ici Joëlle car ce blog est fait pour cela : échanger des points de vue et s'enrichir des différents points de vue. Merci

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Colores, Poesía de Federico García Lorca

La vie, les gens... avec Syl peintre et Jung