Les amours impossibles, toile et poésie


Au pays des sentiments, souvent, le mensonge et la trahison battent la mesure, celle du cœur, et s'ils sont ici déclinés au masculin, il pourrait tout autant l'être au féminin. Si l'argent n'a pas d'odeur, le mensonge et la trahison s'accordent aux deux genres... mais je suis une femme qui aime les hommes dont acte de cette manière...  Un texte sans date, sans parti pris, sans raison si ce n'est celle que certaines voire même certains lui trouveront... 😉Et j'ai pris la liberté d'y associer cette toile de mon amie Sylvie dont je vous recommande le site...

Fran Nuda







 





 Il avait mais n'était pas...

Il avait les yeux clairs qui ne pouvaient mentir
Il avait la peau douce qui ne pouvait frapper

Il avait les bras forts et offerts qui l'enlaçaient
Il avait la voix douce et les mots si tendres
Il avait le profil de celui qu'on a envie d'aimer
Il avait aussi de la suite dans les idées peu nettes
Il avait tout pour lui plaire, il le savait et en abusait
Il avait plus d'une fois menti ainsi à tant d'autres
Il avait plus d'un tour dans sa besace de rapace
Il avait toutefois oublié qu'elle y verrait elle aussi
Il avait cru l'affaire dans le sac devant l'autruche
Il avait oublié qu'elle avait la tête sur les épaules
Il avait oublié qu'elle l'eût pourtant aimé si...
Il avait été aimant plutôt que simple amant menteur.


Commentaires

  1. Fran tu es unique ... oui il avait TOUT , mais il ne te connaissait pas ...
    merci beaucoup
    Je tembrasse

    RépondreSupprimer
  2. Il avait trouvé la réunion des pinceaux et des maux très beau !

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui ça colle parfaitement ! Dommage il aurait dû savoir ce beau mec mais alors il n'aurait pas croisé ton chemin ! J'adore ��

    RépondreSupprimer
  4. Quel superbe tableau de Sylvie ,j'adore ! ! Et quel texte percutant, mêlant l'amour et le mensonge ,je t'aime moi non plus ,l'espoir et la désillusion ,la naïveté et l'hypocrisie, lesi jeux de l'amour et de la manipulation; pourtant on pleure ,on rit , on rejoue les mêmes scènes et on a les mêmes doutes et les mêmes trahisons ,mais on ne peut se passer de l'amour alors on repart au combat sans cesse avec espoir ....Quels talents conjugués de vous deux Fran et Sylvie !!magnifique ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Colores, Poesía de Federico García Lorca

La vie, les gens... avec Syl peintre et Jung