Articles

Affichage des articles du octobre, 2018

Carmen Penn Ar Run et " l'ancrage "

Image
J'ai déjà donné tribune libre à Carmen dont j'apprécie très souvent les poèmes et notamment celui-ci. Larguer les amarres... J'aime suivre cette évolution  intérieure en cette femme poète à la  sensibilité exacerbée... J'ai décidé de choisir moi-même la photographie associée à ce poème, photographie prise comme le plus souvent sur la page de Ching Yang Tung dont je partage très souvent les goûts... arts croisés pour le meilleur et le dire... Fran Nuda Je tourne le dos au mot "ancrage" Pourquoi s'appliquer à faire corps avec le lieu, avec le temps avec la matérialité d'une scène de vie éphémère dont l'instant suivant tournera la page, quoiqu'on fasse ! Cessons d'accorder du poids à tout ce qui n'est qu'illusoire Nous sommes les acteurs-témoins placés en décors provisoires et nous y entrons, caméléons Que nous soyons passifs ou impliqués nous devenons les souteneurs de notre propre prostitution Adhér

Mer d'automne, William De Merchant De Chandler et René Char

Image
C'est notre amie Patsy Landry qui m'a fait découvrir cette magnifique photo que je tenais à mettre sur le blog... et cet élan de liberté ne pouvait que m'évoquer avant tout , René Char,  et c'est ce poème qui est apparu, ne serait-ce que pour ces  vers : Beauté, je me porte à ta rencontre dans la solitude du froid. et « Je t'aime », répète le vent à tout ce qu'il fait vivre. Je t'aime et tu vis en moi. Fran Nuda William De Merchant De Chandler , Mer d'automne au Québec Afin qu'il n'y soit rien changé René Char ·         Tiens mes mains intendantes, gravis l'échelle noire, ô dévouée ; la volupté des graines fume, les villes sont fer et causerie lointaine. Notre désir retirait à la mer sa robe chaude avant de nager sur son cœur. Dans la luzerne de ta voix tournois d'oiseaux chassent soucis de sécheresse. Quand deviendront guides les sables balafrés issus des lents charrois de la terre, le calme

Inaï écrit, compose, joue et chante...

Image
Cette voix, comment dire ? bé rien en fait, juste écouter, écouter, écouter encore et laisser poindre l'émotion, se laisser toucher par la beauté du son... Merci Inaï ! Laissons-lui maintenant la parole et écoutons-la chanter, en mode  travail puis vacances dans le sud auprès de ma fille qui filme, assistée par les mouches - collantes, faut le dire - et les moustiques - piquants et virulents, faut le dire aussi...Comme dire que cette jeune artiste écrit, compose, joue et chante et c'est peu dire... et auteur de la première  magnifique vidéo... Mais quelle artiste déjà  et qui, en plus, ne manque pas d'humour !  Fran Nuda En mode travail : Your sand En mode vacances : Souvenir de vacances #1... 🙂 [JEU : " Cette chanson te fait bader ? Tu n'aimes pas la guitare ou la voix de la chanteuse t'endort ?... Alors ce jeu concours EST FAIT POUR TOI : trouve dès à présent le minutag

haïsha du jour... automne 1, 2018

Image
Je voudrais, rien que par mon regard, prendre tant de photos que mon oeil cadre si souvent au gré des circonstances mais la technologie ne le permet pas encore... alors, n'ayant pas les moyens de m'acheter un très bon appareil photo et peut-être aussi - surtout - parce que d'autres, tant d'autres, le font mieux que moi, je reste à ma juste place et me délecte de ces beautés offertes sur le Net, notamment sur la page de Ching Yang Tung dont je vous parle souvent, bien que la plupart des photos soient prises par d'autres que lui, qu'ils citent d'ailleurs pour sa part et à juste titre... je souhaiterais juste que  tous ces artistes soient heureux de mon propre regard sur leurs œuvres à travers les quelques mots que j'y pose... je tenais à les remercier ici... Fran Nuda Voir aussi : Haïsha du jour...   MAYUZUMI Madoka, Haïkus du temps présent   Main... tenue, In Flight, vidéo de Fran Nuda   Main... tenue, In Flight, vidéo de Fran Nuda

Géorgie 1930, poème et collage de Jean-Louis Macé

Image
Vous savez qui il est... enfin presque !  Soit l'essentiel, sa plume, son expression très imagée, son goût des mots... et que nous nous sommes retrouvés voisins au salon du livre de Corsept en Loire-Atlantique ! Cette fois, j'ai feuilleté plus avant toujours le même recueil de poèmes et bien sûr, celui-ci a retenu toute mon attention...  je sais combien certaines et certains ont apprécié le jardin de Rose... Comment y résister ?  Voici un autre registre, plus sérieux - quoique ! -  une toute autre facette de cet artiste... écoutez plutôt... car, après le poème je vous offre un petit plus avec ce moment magistral et magique d'improvisation de Miles Davis... Fran Nuda Géorgie 1930 John marchait sur le trottoir Le long d’un mur il vit Quelques caisses abandonnées Il en prit une et s’assit Sortit de sa boite son saxo Et il se mit à jouer quelques arpèges Et déclinaisons pour se chauffer Sur le trottoir d’en face Les quelques blancs qui passaient

Le jardin de Rose, poème et sculpture de Jean-Louis Macé

Image
Dimanche 14 octobre, salon du livre de Corsept en Loire-Atlantique... et je fais connaissance de mon voisin de gauche qui m'accueille d'un franc " Bonjour"... Au fil des heures nous finirons par converser, échanger  jusqu'à ce qu'il me donne entre les mains un livre de ses poèmes et j'ai laissé le hasard me guider vers... le jardin de Rose... Un vrai délice, je trouve et donc je lui ai proposé de figurer sur mon blog. Le sachant aussi sculpteur, une de ses œuvres s'imposait donc aussi ici... Les voici pour vous désormais. Entrez avec douceur dans le jardin de Rose... Fran Nuda Le jardin de Rose Le petit jardin de Rose est en jachère Personne ne veut s’en occuper Il y eut bien quelques occasionnels Qui passèrent mais ne restèrent pas Il est niché dans un petit vallon Bordé par deux collines allongées De part et d’autre d’une petite colline En  forme de bouton à son extrémité Les alentours sont légèrement boisés Au-delà de

Jonathan Livingston le Goéland et Le messie récalcitrant de Richard Bach

Image
Une évidence ou et vie danse... "Comment se fait-il, fit observer Jonathan, rêveur, que la chose la plus difficile au monde soit de convaincre un oiseau de ce qu'il est libre." La vie m'a appris très tôt que la seule fidélité que je  me devais  était celle envers moi-même car toutes les autres en découlent si on sait lucidité garder. Mais être libre n'est pas chose simple au quotidien et pourtant... Qu'avons-nous d'autre à conquérir  pour quitter serein la terre, quand sonne l'heure du grand  départ ? Je dédie cet article à tous ceux qui, de par le monde, souffrent là, au moment même de la publication de cet article... une petite goutte d'eau pour réchauffer un instant le cœur en panne ou en peine... Fran Nuda Extraits choisis du livre  Jonathan Livingstone le Goéland : « Tu peux t'élever davantage encore, car tu as voulu apprendre. » "- ... Un jour, Jonathan Livingstone le Goéland, tu apprendras que l'irres

Je est un autre, disait Rimbaud

Image
Devenir ce que l'on est... Qui n'a rêvé au plus profond de soi cette dimension de l'être qui affleure à l'adolescence pour nous dire " sors-moi de là car je suis le meilleur en toi qui attend de naître " et qui, le plus souvent, meurt dans les injonctions diverses et subies. Ce langage qui le sculpte pour le pire ou le meilleur... Le meilleur, cette dynamique joyeuse de l'Être qui veut vibrer, qui ne demande qu'à vivre... mélodie bien douce de la matrice qui nous fit naître au monde... enfin, en apparence, car il nous faudra un jour le faire nous-mêmes si nous voulons devenir ce que l'on est et boucler la boucle avant de disparaître... en apparence...  Fran Nuda                                                      Photo prise à la pointe de Pen-Hir, printemps 2016 Un texte écrit il y a déjà  quelques temps mais dont le sens,  je l'espère,  est au-delà du temps... Saurai-je le dire, l'écrire Ce se