Couleurs vénitiennes, Sylvie Flamand et Lyly Julé

Ah, Venise et ses gondoles ! Il est évident  que Venise évoque l'amour. C'est avec George Sand qu'Alfred de Musset connut la passion dans cette ville étonnante, majestueuse, et mystérieuse. Quant à Sylvie flamand, elle s'y rendit avec son mari, sans les enfants. Et si Alfred de Musset quitta Venise, le cœur déchiré après sa rupture avec George Sand, Sylvie, elle, est toujours avec son mari... Ainsi vont les amours, ainsi va la vie... à Venise aussi... mais  la passion et le mystère, sous la plume de Liliane Julé, dit Lyly, hante encore plus que jamais les rues vénitiennes...

Fran Nuda

 




 



                                                            Sylvie Flamand peintures

 

 

 

 

 

 Venise

Venise, tu as pris vie dans la mer, mythe de l'Italie, tes pieds baignent aux vagues peu profondes, couleur rose, blanche, de tes façades aux balcons habillés de ses fenêtres recouvertes de vitraux colorés ; gardienne d’Histoire et de tant de mystères où, encore, l'on croit apercevoir ce long cortège suivi d'ombres célèbres, formes indécises, planant avec tristesse sur la puissance de cette cité des doges.

Au va et vient des flots ondoyants, tels des cygnes noirs dans la brume parfumée comme une saveur de réglisse, les gondoles, bercées par le murmure du clapotis de l'eau, se balancent sous les rames des gondoliers, aux mouvements déhanchés et pieds nus ; accompagnant de leurs chants gracieux et langoureux d'une barcarolle. Au crépuscule, l'émoi émerveille quand, par le scintillement des étoiles, l'eau devient ton plus bel ornement qui te pare en une rivière de diamants, sous le regard de la lune qui se mire.

Dans le décor bariolé du carnaval, sur une note de musique fantasque, se glisse Arlequin, entre les voûtes et les arcs ; le suit, dans le labyrinthe des petites ruelles, le célèbre Casanova à la recherche du plaisir, et qui se cache derrière son masque, entre deux colonnes. Les rameurs chantent sous l'oriflamme noire pour un soir en cortège enrubanné, où deux masques s'embrassent de leurs lèvres blanc crème sous la soie rayonnante des velours de Vérone.

Tu nous captes par tes sortilèges et tes intrigues d’amour au palais des dentelles, danse au milieu des flots sous le regard du lion ailé ; en passant sous le pont des soupirs tu ensorcelles, prête aux désirs des amants réunis et aux nuits secrètes et mystérieuses...

Liliane Julé



Voir aussi : 










Commentaires

  1. Venise pour moi est magique , c’est une cachotière qui renferme des joyaux sous des vieux apparats. Il faut la deviner, la sentir, la respecter , l’Art est partout présent, il suffit de savoir regarder . Un seul problème , elle est trop convoitée et nombreux sont les touristes , mais on ne peut s’empêcher de sourire en voyant tous ces petits couples enlacés en gondole se promettant l’amour à vie, à Venise nous sommes tous des Sand et Musset , des Roméo et Juliette ....
    Lyly ton texte est magnifique .
    Je ne parlerais pas de la toile et je tiens à remercier sincèrement ma vraie amie Fran pour cet hommage. 💐💚

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'hommage vient de Lyly et j'ai mis en forme... cela était en attente depuis longtemps, le temps pris pour la mise en forme... ;) Oui, je trouve le texte de Lyly vraiment mais vraiment magnifique... Un vrai régal à lire et on y est dans ces ruelles...

      Supprimer
    2. merci Sylvie ravie que mon texte t es plu !

      Supprimer
  2. Encore une superbe association.... bravo à toutes les deux ! Et merci Fran !

    RépondreSupprimer
  3. La magnifique toile de Sylvie associée au texte de Liliane nous envoient dans une ville magique où tous les fantasmes et toutes les folies s'y déroulent ; je suis Liliane pas à pas en même temps que s'imprime dans mon esprit le tableau de Sylvie .Merci à vous deux pour cette merveilleuse balade et à Fran qui rend tout ceci possible .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour ton gentil commentaire ravie que cela t ai entraîné dans une ballade aux couleurs de Venise !!!

      Supprimer
    2. Merci bcp Pat c’est tres gentil . Bises

      Supprimer
  4. Jeune j'était allé plus souvent à Venise qu'à Paris ! Patrie de mes grands parents maternels, j'aime beaucoup ce pays avec tous les excès qu'il comporte, mais aussi sa culture ! Belle osmose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Veinard ! Donc monsieur a du sang Vénitien ?
      Ils ont bcp de classe je trouve , je parle des anciens

      Supprimer
    2. Partout dans le texte de Lyly, le charme de Venise opère.
      Son architecture, sa beauté , ses couleurs, son histoire, ses traditions sont bien sûr sublimés sous les reflets de l eau , le côté mystérieux est décuplé, c est Venise quoi!
      Lyly, tu as décrit avec élégance et mystère toute la magie de Venise !
      Fran tu as trouvé la toile idéale pour illustrer tout ça.
      Sylvie, on sent bien sûr avec ta toile combien tu aimes Venise jusqu au plus petit détail.
      Un grand Bravo les amies

      Supprimer
    3. S'est Lyly qui a été directement inspirée par la toile de Sylvie merci d' être passée par là Martine, je t'embrasse.

      Supprimer
    4. un grand merci a toi Martine d avoir su comprendre ,voir , admirer Venise a travers ce tableau et ma lecture !!!

      Supprimer
    5. Je te remercie beaucoup Martine . Bises

      Supprimer
  5. Oui Venise. Quitter cette place Saint Marc noire de monde où les pigeons disputent leurs places aux badauds. Se perdre dans ses petites rues. Avancer dans des passages, si étroits, que l'on se croise à deux avec difficulté. Oui Venise, voir Murano, Burano, le Lido sa douceur de vivre et son palais de la Mostra. Revenir vers la Fenice qui a su renaître de ses cendres. Oui Venise et entendre les vénitiens, oui il y en a encore, s'apostropher d'un côté l'autre à grands renforts de gestes. Le Grand Canal, le Rialto. Oui Venise et imaginer sans peine les condamnés sortir du palais des Doges et emprunter en soupirant le pont qui les menaient aux plombs. Prison qui essaya de retenir ce cher Casanova. Oui Venise et avoir l'impression d'entendre au détour d'une ruelle la musique du prêtre roux, le génialissime Vivaldi. Voir le soleil se coucher sur la Lagune et éclairer ses eaux qu'affectionnaient Canaleto. Oui Venise. Oui Venise et ses palais que Sylvie a si bien réussi à restituer ses façades. Oui Venise. Merci à vous, Amies, pour cette balade vénitienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bigre.. Bravo, quel plaisir de te lire toi aussi... Merci beaucoup, Aqr Alpha...

      Supprimer
    2. Un grand merci Gilles . Non seulement c’est très bien écrit mais en plus tu nous fait visiter Venise .
      Bises 👍

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Tears for trees

Réel ou Virtuel ?