Géorgie 1930, poème et collage de Jean-Louis Macé

Vous savez qui il est... enfin presque !  Soit l'essentiel, sa plume, son expression très imagée, son goût des mots... et que nous nous sommes retrouvés voisins au salon du livre de Corsept en Loire-Atlantique ! Cette fois, j'ai feuilleté plus avant toujours le même recueil de poèmes et bien sûr, celui-ci a retenu toute mon attention...  je sais combien certaines et certains ont apprécié le jardin de Rose... Comment y résister ?  Voici un autre registre, plus sérieux - quoique ! -  une toute autre facette de cet artiste... écoutez plutôt... car, après le poème je vous offre un petit plus avec ce moment magistral et magique d'improvisation de Miles Davis...

Fran Nuda




Géorgie 1930

John marchait sur le trottoir
Le long d’un mur il vit
Quelques caisses abandonnées
Il en prit une et s’assit
Sortit de sa boite son saxo
Et il se mit à jouer quelques arpèges
Et déclinaisons pour se chauffer
Sur le trottoir d’en face
Les quelques blancs qui passaient
Le regardaient bizarrement
Ibrahim venait vers lui
De sa démarche lourde et chaloupée
De vieux travailleur des champs
Il prit une des caisses
S’assit et sortit sa guitare de l’étui
Et commença à gratter des accords
En neuvièmes et septièmes
De manière syncopée
Ils ne se connaissaient pas
Ils ne s’étaient jamais vus
Sur le trottoir d'en face
Les quelques blancs qui passaient
Les regardaient bizarrement
Ils attaquèrent un bœuf
Un blues qui vous donne
Une mélancolie joyeuse
Qui vous transporte
Maria qui passait par là
Les entendant revit son enfance
Les chants de Grand Mama
Le soir après la journée de labeur
Dans les champs de coton
Lui revinrent en mémoire
Les larmes lui vinrent aux yeux
Elle s’approcha des deux musiciens et 
Commença à fredonner bouchée fermée
Après un échange de regard
Les deux compères
Entamèrent l’air de Maria
Maria ne résista pas
Et se mit à chanter
D’une voix assez basse
Et légèrement rocailleuse
Sur le trottoir d’en face
Les quelques blancs qui passaient
Les regardaient
De plus en plus bizarrement
Certains même proféraient
Des insultes à voix basse
Autour d’eux les gens commençaient
A s’attrouper et à frapper dans leurs mains
Pour marquer le tempo
Certains même attaquaient les chœurs
Ils étaient tous à la joie du rythme
Sur le trottoir d’en face
Les quelques blancs qui passaient
Les regardaient haineusement
Et vociféraient des injures
L’un deux alla prévenir la police
Le shérif et ses adjoints arrivèrent
Matraque à la main et foncèrent dans le tas
John,  Ibrahim et Maria furent arrêtés
Sur le trottoir d’en face
Les quelques blancs groupés
Ne les regardaient plus bizarrement
Mais riaient contents de la tournure des événements
Devant un juge blanc
Ibrahim et Maria furent accusés
De désordre sur la voie publique
Et d’incitation à la révolte pour chant séditieux
Et condamnés lui à la pendaison
Et elle, à dix ans de prison
John, lui, fut acquitté
Il eut beau protester il ne lui fut rien reproché
L’on mit en avant son passé de vétéran de 14/18
Cela se passait dans les années 1930
Au fin fond de la Géorgie
Dans une petite ville tranquille
Ibrahim fut pendu deux jours plus tard
Maria mourut au bout de sa troisième année
De prison suite au mauvais traitements subis
Quant à John, écœuré, il quitta ce grand pays
Démocratique et se mit à parcourir le monde
En luttant contre le racisme
Sous toutes ses formes

                                                                                     Jean-Louis MACE


Petit plus que je vous offre tant cette musique improvisée dans l'instant même du passage des images a quelque chose de magique... Miles Davis pour le film : Ascenseur pour l'échafaud, film de Louis Malle... Magique et intemporel !
Fran

Commentaires

  1. J’en frisonne , est ce le texte , le blues ?
    Ce racisme qui a accompagné toute notre jeunesse et continue encore .
    J’ai honte d’avoir la même couleur de peau que ces porcs .
    Merci Fran

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à Jean-Louis... là ça rappelle la merveilleuse chanson de Pierre Perret : lyly.

      Supprimer
  2. On s'y croirait ! Difficile construction de l'Amérique, mais quelle richesse à tous points de vue !

    RépondreSupprimer
  3. Fantastique et en même temps effrayant de vérité ce poème de Jean-Louis Macé ! J'ai l'impression d'assister à la scène du début à la fin, de taper du pied et des mains ,de participer ,avec de la joie et des rires .....
    Puis basculement dans l'horreur quand les racistes de tous poils applaudissent aux arrestations ....
    J'ai peur , je suis écoeurée, j'ai honte pour ces blancs ...Et dire que j'ai la même couleur de peau qu'eux ! !!!
    Puis les sentences horribles ...
    Est ce que cela a beaucoup changé ? A peine ,et la colère s'empare de moi et je crie ma douleur face à toute cette haine de l'être humain envers un autre ..
    Que dire de Miles Davis superbe interprétation de ce morceau .
    Merci à Jean-Louis Macé et à toi Fran pour cette merveille !
    Un tel poème devrait être étudié à l'école tant il a à nous transmettre !!!! .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec ta dernière phrase, une très belle idée, je trouve...

      Supprimer
  4. Ce poème est toujours d'actualité,le racisme est toujours présent.

    RépondreSupprimer
  5. Un magnifique poème à étudier comme dit Patricia. Hélas le racisme est toujours bien présent dans notre société, mais dans les deux sens. À l'origine la bêtise de l'homme face à la différence..le racisme est multiple et on pourrait en débattre longuement.
    Merci pour ce partage Fran et encore bravo à Jean Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis d'accord avec toi...

      Supprimer
    2. On s'y croirait ! Vers courts qui percutent. Le rythme est là par les mots et le morceau choisi véhicule tant d'émotions !

      Supprimer
  6. Notre artiste étant sur vista il m'a chargé de vous délivrer ce message, car son windows est incompatible avec le mien semble-t-il et après plusieurs essais il ne peut donc pas vous répondre lui-même mais il vous lit sans problème par contre.
    "Merci pour tous ces commentaires élogieux Jean Louis MACE "

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Tears for trees

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Réel ou Virtuel ?