L'Art, de R. Steiner extrait et toile de N.Elbert

J'aime les associations et non les illustrations... associer c'est créer avec un 2 un 3 plus ouvert encore... et cela me ramène à la synesthésie (du grec syn, « avec » (union), et aesthesis, « sensation ») qui désigne aussi un procédé poétique ou artistique qui permet de mettre en relief une image en faisant appel à d'autres modalités sensorielles. Et c'est toujours de là que je choisis mes associations, guidée par je ne sais quelle chose venue d'ailleurs qui, un temps, me traverse... et ici la toile de Nicole Elbert m'a paru évidente... non seulement en apparence mais aussi et surtout en profondeur, connaissant d'autant plus l'artiste en tant que personne... 😉

Fran Nuda











Extrait du livre de Rudolph Steiner : L' ART, sa nature -  sa mission

Au loin, à l'est, l'aurore se levait, baignant le paysage. Le soleil s'annonçait, l'aurore se teintait d'un pourpre de plus en plus intense. Éveillée maintenant, l'âme de la femme qui avait eu cette expérience nocturne pouvait entendre ce que disent les enfants des hommes par toute la terre quand ils ont pressenti un peu ce qui peut être vécu dans le monde imaginatif. Elle entendit, percevant le chœur des enfants des hommes, ce que les meilleurs d'entre eux font retentir, les sonorités qui expriment leur pressentiment de ce qu'ils perçoivent pas par l'Imagination, mais qui jaillit du plus profond de leur âme et oriente toute l'humanité. Elle entendit la voix d'un poète qui avait un jour pressenti toute la grandeur de ce que ce monde imaginatif révèle à l'âme humaine. Elle comprenait maintenant qu'elle devait sauver cette science à demi gelée à ses côtés,  elle comprit qu'il lui fallait la réchauffer, la pénétrer de sa propre substance - tout d'abord celle de l'art, et qu'elle devait lui communiquer le souvenir qu'elle rapportait de son rêve nocturne. Elle perçut qu'avec la rapidité du vent peut reprendre vie ce qui est à demi gelé, lorsque la science, accueillant ce qui lui est communiqué, peut  voir de la connaissance.

A nouveau, son regard chercha le pourpre de l'aurore, qui devint pour elle le symbole du monde dont elle venait de s'éveiller, et le symbole de ses propres imaginations. Elle comprit ce que le poète, en sa pré-science, a formulé avec tant de sagesse. de par la terre retentit à son oreille ce que lui disait un esprit nouveau :

" Par l'aurore de la beauté seule,
Tu pénétreras au pays de la connaissance. "

Friedrich Schiller, dans son poème " les artistes" 


Voir aussi : 

 






Commentaires

  1. C’Est souvent la nature qui nous donne les plus belles toiles , les plus inattendues. Elle ose des tons , des formes presque imaginaires qu’un artiste peintre n’oserait en figuratif pas s’en servir .
    Merci Nicole et Fran

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu sais de quoi tu parles car toi aussi tu excelles dans cet art pictural par ta sensibilité à cette nature dont tu parles si bien... et bien d'autres choses encore... ;)

      Supprimer
  2. Quelle belle toile de Nicole !j'y apprécie tout ce qu'elle a voulu nous transmettre ,un paysage comme une superbe carte postale ,légère, pleine de douceur ; un moment dans le temps de la nature que nous contemplons avec humilité.
    Merci à Nicole et à Fran !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Colores, Poesía de Federico García Lorca

A love story, tableau de Alex Platt, texte de Carmen Pennarun