Mer d'automne, William De Merchant De Chandler et René Char

C'est notre amie Patsy Landry qui m'a fait découvrir cette magnifique photo que je tenais à mettre sur le blog... et cet élan de liberté ne pouvait que m'évoquer avant tout , René Char,  et c'est ce poème qui est apparu, ne serait-ce que pour ces  vers :
Beauté, je me porte à ta rencontre dans la solitude du froid. et « Je t'aime », répète le vent à tout ce qu'il fait vivre. Je t'aime et tu vis en moi.

Fran Nuda




William De Merchant De Chandler, Mer d'automne au Québec


Afin qu'il n'y soit rien changé

René Char
·       

Tiens mes mains intendantes, gravis l'échelle noire, ô dévouée ; la volupté des graines fume, les villes sont fer et causerie lointaine.
Notre désir retirait à la mer sa robe chaude avant de nager sur son cœur.
Dans la luzerne de ta voix tournois d'oiseaux chassent soucis de sécheresse.
Quand deviendront guides les sables balafrés issus des lents charrois de la terre, le calme approchera de notre espace clos.
La quantité de fragments me déchire.
Et debout se tient la torture.
Le ciel n'est plus aussi jaune, le soleil aussi bleu.
L'étoile furtive de la pluie s'annonce.
Frère, silex fidèle, ton joug s'est fendu.
L'entente a jailli de tes épaules.
Beauté, je me porte à ta rencontre dans la solitude du froid.
Ta lampe est rose, le vent brille.
Le seuil du soir se creuse.
J'ai, captif, épousé le ralenti du lierre à l'assaut de la pierre de l'éternité.
« Je t'aime », répète le vent à tout ce qu'il fait vivre.
Je t'aime et tu vis en moi.

Commentaires

  1. Quelle magnifique photo de la vague qui s'éclate sur le rivage et l'oiseau qui continue son vol comme si de rien n'était. ..Quant au poème de René Char , les mots s'enchaînent
    dans une danse dont lui seul connaît la mélodie et le rythme
    Merci à Patsy et à toi Fran pour cette belle collaboration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voilà... poursuivre le vol... quoi qu'il arrive... et dansons... merci pour ton regard

      Supprimer
  2. Je dois être une grande chanceuse car non seulement on m’a deja dit ces mots mais je les ai dits aussi .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chanceuse, oui... et que cela dure encore longtemps... ;)

      Supprimer
  3. Un texte de géant pour moi. Merci mille fois Fran! Merci poète! Comme j'aimerai ce vent et ce qu'il me raconte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah bé te voilà... le vent t'a porté jusqu'à cet article... puisse-t-il le faire aussi sur mes propres écrits de ce blog... ;)

      Supprimer
  4. Ah cette vague ne pouvait pas m'échapper, et quel plaisir ce poème, ces mots qu'elle charrie, poussés par le vent ! Sublime Fran, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la vague, le vent contre le vague à l'âme... Et bientôt à vivre ensemble j'espère et en laisser trace avec beauté. RDV au printemps ou en été...😉

      Supprimer
  5. Juste sublime, Fran, le texte de René Char et la photo transmise par Patsy ! Encore un bel instant pour nous ! Merci ! (((❤️))) Bises du soir, Soiz (((*_*)))

    RépondreSupprimer
  6. Merci Fran ! J'aurai sans cesse ce poème de René Char en tête en admirant les vagues des grandes marées et en laissant le vent chargé d'embruns me fouetter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un com qui me touche au plus près car tout à fait dans l'esprit de ce blog et de ce que je souhaite y transmettre. un grand merci et pour la photo et pour cette belle idée qui nous relie...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Colores, Poesía de Federico García Lorca

La vie, les gens... avec Syl peintre et Jung