Promenons-nous dans les bois avec Carmen Penn Ar Run

Elle le dit mieux que moi donc je me tais... 😉 Fran Nuda

 Je voudrais apprendre de l'écorce du chêne
qui sous ma caresse perçoit mes problèmes
le long d'un par cœur suivre sa bonté de sève
et réciter la vie à puissance de Terre
en chatouillant le ciel où s'évadent les nuages


Carmen P.




Photo personnelle de Gilles, mari de Carmen et photographe




Les arbres


Les arbres
couvrent forêts et d'âmes en jours
à force d'océans désarment
la distance


Les arbres
ici plantés pour une naissance
pour un départ vers l'au-delà
de l'horizon

Les arbres
tiennent promesses de fruits, toujours
entre eux serpente une parole
de bois tendre

Elle a le goût de la noisette
un parfum d'humus et de baies
une étreinte heureuse
qui manque

Car l'arbre en nous
prédit croissance, signe vigueur
dessine un cœur
sur notre armure

Il déchiffre
la marque de l'ange que vie déploie
en mode insensible
dans tous nos actes

Leurs empreintes légères
soupirent comme les feuilles de l'arbre
que saison libère en temps
venu

Mon Grand Central
n'est pas hall de gare
c'est une voûte bruissante de voies ailées
où chantent les ramures et se révèle
l'intime terminal


Carmen Penn Ar Run

 Liens pour découvrir l'auteur et ses œuvres :

Carmen Pennarun Poetry

 Trois notes sur la branche d'un songe


Voir aussi sur le thème :

 Promenons-nous dans les bois... avec S. Lorimier F... 

Promenons-nous dans les bois avec Liliane Julé, te...

promenons-nous dans les bois avec N. Elbert, toile...

 Promenons-nous dans les bois avec P.Bertoux et M. ...

Promenons-nous dans les bois... avec Marie Rollin

 Tears for trees

Commentaires

  1. Je te remercie, Fran. Mes mots sur les arbres en cette belle saison qu'est l'automne trouvent, ici, un site flamboyant où nos feuilles, au sol, pourront voisiner, tandis que nos essences voyageront vers les yeux des lecteurs de tous Pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle inconnue, enfin Carmen... comme c'est bien dit ! Merci et bienvenue sur ce blog...

      Supprimer
  2. Quelle magnifique photo de ce sentier en forêt, où j'aimerais me perdre et trouver une sérénité pour un temps qui n'appartiendrait qu'à moi ...
    Et que dire du "poème "de
    Carmen sur les arbres ,en le lisant j'entends les arbres communiquer entre eux et je vois les fruits ,les fleurs qui annoncent les saisons. .
    Qu'il est beau ce texte ça fait du bien cette saison qu'est l'automne avec les plus belles couleurs que la nature puisse imaginer !!!!
    Bravo à Carmen et à son mari pour cette création admirable !Merci à Fran pour son engagement sur ce blog 😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sentier du Grand-Fougeray, en particulier, mais tous les chemins nous ouvrent les bras et la forêt nous offre son coeur de bois où il n'est pas rare que le nôtre se perde, oubliant la réalité de nos vies. Je suis heureuse que le poème laisse entendre la voix des arbres... ils sont tellement sensibles. Mon photographe de mari a même réussi à faire peur à un arbre à la nuit tombée. Alors que la nuit s'installait (et je pense que l'arbre s'installait lui aussi dans le sommeil ) un flash malencontreux a fait vibrer le corps tout entier de l'arbre. La photo montre un arbre bleu de peur (une structure un peu éclatée) ! Pour en revenir au texte, un ami l'a mis en musique. Merci pour vos mots, Patricia, je transmettrai au photographe ! :) Carmen P.

      Supprimer
  3. Oui promenons nous dans les bois et caressons ce qui les peuple, du regard, de la main .... laissons se répandre en nous l’énergie offerte . Merci pour ce beau texte et cette belle photo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Syl, pour votre lecture. La promenade au bois est un bonheur tout simple et gratuit.
      L'arbre est l'aiguille au compteur du temps qu'il ne mesure pas comme le fait l'horloge, car le temps de la nature bat au rythme de l'éternité.

      Supprimer
    2. magnifique poème de Carmen que j adore et combien vrai et de Gilles pour sa photo où nous empruntons leur pas pour une belle randonnée ! merci a vous deux du ressentit que cela m a procuré..
      si vous le permettez pour vous
      "Quand les yeux fermés en un soir chaud d automne assisse sur un tas de feuilles au milieu de ces pins qu éblouissent les feux d'un soleil rasant où leurs troncs coulent en perle la résine qui de ses odeurs embaument l air qui circule jusqu'à mes narines .Les lichens grises desséchées par la chaleur craquent sous mes pas ! ces pins sont le charme de ces bois quand un petit vent traverse leur ramures dans un petit friseli de douceur !Qu il est doux de errer à pas tranquille sous votre ombre et observer ses lueurs en faisant triompher vos aiguilles au grès d'un alizé..."
      merci encore a vous deux , continuer a nous enchanter !!! lyly

      Supprimer
    3. Je réponds et unknown encore une fois va s'afficher (je vais y remédier, oui, oui, oui ! :) ) Merci pour ces mots , Lyly... je me revois en Espagne sur ce balcon surplombant la forêt, essentiellement de pins. Un bonheur qui m'a relevée du quotidien (même si je m'en échappe en Bretagne aussi, où la nature est si changeante). Merci pour cette lecture et que la nature continue de soutenir nos pas ! Bon week-end !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Colores, Poesía de Federico García Lorca

La vie, les gens... avec Syl peintre et Jung