François CHENG, une voi(e)x dans les ténèbres

Une amie poète sur FB, Rita, m'a autorisée à faire, à mon tour, circuler ce poème, qu'elle a elle-même reçu d'un ami... faire entendre la voix d'un homme apaisé, conscient des réalités et de la tragédie inhérente à la nature humaine, sans pour autant tomber dans un pathos quelconque, mais, au contraire, nous convier à nous pencher plus avant vers ce que nous foulons avec indifférence et parfois même mépris,  dans l'ignorance de l'essentiel... le souffle originel. Et je le citerai déjà ici : "Car vivre est savoir que tout instant de vie est rayon d'or sur une mer de ténèbres. ."

Fran Nuda


Photos prise sur le profil FB de Ching Yang Tung


S'abaisser Jusqu'à l'Humus

S’abaisser jusqu’à l’humus où se mêlent
Larmes et rosées, sangs versés
Et source inviolée, où les corps suppliciés
Retrouvent la douce argile,
Humus prêt à recevoir frayeurs et douleurs,
Pour que tout ait une fin et que pourtant
Rien ne soit perdu.

S’abaisser jusqu’à l’humus où se loge
La promesse du souffle originel. Unique lieu
De transmutation où se frayeurs et douleurs
Se découvrent paix et silence. Se joignent alors
Pourri et nourri, ne font qu’un terme et germe.
Lieux du choix : la voix de mort mène au néant,
Le désir de vie mène à la vie. Oui, le miracle a lieu,
Pour que tout ait une fin et que pourtant
Toute fin puisse être naissance.

S’abaisser jusqu’à l’humus, consentir
A être humus même. Unir la souffrance portée
Par soi à la souffrance du monde ; unir
Les voix tues au chant d’oiseau, les os givrés
Au vacarme des perce-neige !

François Cheng 

 Quelques pensées supplémentaires de François Cheng :


 C’est bien grâce à la beauté qu’en dépit des conditions tragiques nous nous attachons à la vie. Tant qu’il y aura une aurore qui annonce le jour, un oiseau qui se gonfle de chant, une fleur qui embaume l’air, un visage qui nous émeut, une main qui esquisse un geste de tendresse, nous nous attarderons sur cette terre si souvent dévastée. 


 Être pleinement une rose, en son unicité, et nullement autre chose, cela constitue une suffisante raison d'être. 

 N'allons pas plus loin dans la description de ce monde supposé. Déjà, elle a le mérite de nous faire prendre conscience de ce qui fait l'essence de la notion de vie. Nous vient à l'esprit un mot qui semble caractériser cette notion le mot "devenir". Oui, c'est cela, la vie : quelque chose qui advient et qui devient. Une fois advenue, elle entre dans le processus du devenir. Sans devenir, il n'y aurait pas de vie ; la vie n'est vie qu'en devenant. Dès lors, nous comprenons l'importance du temps. C'est dans le temps que cela se déroule. Or le temps, c'est précisément l'existence de la mort qui nous l'a conféré ! Vie-temps-mort est un tout indissociable, à moins que ce ne soit mort-temps-vie.

Commentaires

  1. Un hymne à la vie qui nous dit l'humilité face à ce que nous sommes sur cette terre ; Vie-temps-mort ,une fois cela compris et accepté , tout pourrait être plus simple ,je crois.
    J'aime beaucoup ta dernière phrase d'introduction ....
    Ces textes ont un effet apaisant et rassurant .
    La photo est d'une jolie simplicité. Merci à François Cheng et à toi Fran pour ce montage .

    RépondreSupprimer
  2. J’ai lu avec le cœur et j’ai la confirmation de ce que je pensais : tout vient de lui

    RépondreSupprimer
  3. Des textes qui se lisent avec la tête, qui se comprennent avec le coeur et qui me prennent aux trippes. Comme la beauté peut être simple ! Merci pour ce blog. Merci Fran.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On voit là que la traversée a eu lieu en toi... Merci de le dire ici...

      Supprimer
  4. Un poème à méditer.Merci Fran ,belle introduction.

    RépondreSupprimer
  5. C'est très beau ! La force des mots pour ceux qui encore savent lire !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage ici en y laissant trace, Thierry.

      Supprimer
  6. Le temps fait partie intégrante de la vie, comme la mort est inscrite dans la vie... entre le début de la vie et la mort... il y a le temps à vivre, à occuper... passer le temps du mieux que l on peut... pour devenir soi ou essayer de le faire émerger son SOI... c est une notion que j ai intégrée depuis mon adolescence.... ce poème l exprime tellement bien et mieux que moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sylvie Pitre de ton passage ici et comment rivaliser dans le dire avec François Cheng... le plus important c'est de le vivre en soi, être en accord dans la vie avec ce que l'on dit... déjà c'est beaucoup.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Tears for trees