Pierre, Claude, Lyly et... Parkinson

La plus belle rencontre faite au salon du livre de Malestroit : Pierre Hervy, linguiste, parlant plusieurs langues dont le géorgien, la langue de sa femme. Quel plaisir ce fut d'échanger avec lui et Parkinson s'est fait tout petit, ravivant dans l’œil de Pierre toute la joie de l'échange autour des mots, des langues, du sens... bref, nous étions intarissables, lui et moi... Je lui avais promis de retranscrire ici l'article de presse dans le journal local le concernant, ce, dans le cadre d'un projet de publication élargi car il était évident pour moi de demander à mon amie Lyly de me faire de son côté un écrit plein de vie et de vérité à propos de ce Parkinson qu'elle côtoie depuis déjà 25 ans en tant qu'aidante auprès de son mari que j'ai l'honneur de connaître aussi. Bravo encore à vous trois pour votre façon d'être pleinement au monde malgré ce foutu Parkinson !

Fran Nuda


                                                                    Toile de Liliane Julé : La voix des masques


La voix des masques... de Claude

Parkinson revêt sa veste de velours, cela fait depuis des années qu'il est entré par la porte sans jamais repartir ; il s'est attaché à moi, compagnon embarrassant, car il s'impose, m'envahit tous les jours un peu plus avec tant de perfidie ; même, il se colle à moi en voyageant du soleil levant au soleil couchant, il s’infiltre dans les moindres événements. Parfois mes instants de silence s'installent ;  ma douceur est déroutante, ma soumission ou  ma profonde sagesse surprennent un peu, mes yeux reflètent souvent cette fragilité, mais aussi cette force drapée par ce silence, mon regard vagabonde, enveloppant d'un voile aux mille rêveries où je m’évade vers des contrées d'un autre passé où bien souvent ces souvenirs sont pour moi des accords muets et lourds qui se transmettent par une petite  larme furtive que je m'empresse d'essuyer d'un revers de main par pudeur ; parfois mes mains pianotent dans le vide sur tes notes où la musique reste silencieuse, souvent j'ai crié, me suis battu contre ce copain sournois, je lutte contre ses agissements malveillants, je continue le chemin dans le monde des vivants, respirant les parfums des jardins du bonheur ; pas une minute perdue aux plaisirs et aux bons moments, même si je suis son jouet  me diminuant lentement, dans l'ombre... il tisse le dénouement de ma vie pour me désarmer ; mais près de moi j’ai mon adorable bouffon qui s'agite autour de moi pour me rejoindre, entre baisers et caresses réconfortantes, car ma peine est aussi la sienne... Rester debout, le corps bien droit, tenir jusqu’au bout ! Ne cherchez pas sur mon visage la moindre trace, vous ne verrez rien, c'est une souffrance de l’intérieur, un parcours de combattant que je vis tous les jours à chaque instant qui étonne aussi… Et qui un jour me conduira sur le bord de la route, sans souvenirs, en pleine déroute !

Marwychkka/ Lyly, l'adorable ''bouffon''




Pierre Hervy  : L'homme qui marche avec Parkinson

Article du journal local Pays de Malestroit du 9/10/2018, les infos 2227


Pierre Hervy : l'homme qui marche avec Parkinson


Si Paddington est un ourson sympathique, Parkinson est un oursin qui pique la curiosité des chercheurs désormais penchés sur le système digestif des malades pour trouver le moyen de ralentir le mal qui les ronge. Pierre Hervy, 73 ans, vit avec cette boule piquante depuis '' environ cinq ans. J'avais identifié le problème avant de consulter. J'ai passé des tests et mon médecin a confirmé mon intuition. '' La perte de l'odorat est paraît-il un symptôme fréquent. De même que les tremblements. '' Je n'ai jamais tremblé. J'avais seulement du mal à écrire et j'écrivais plus petit. ''

Lors de son intervention à Missiriac, le neurologue Pascal Derkinderen a évoqué une '' maladie du mouvement.'' Toujours est-il que Pierre Hervy bouge tout le temps pour oublier les piqûres de l'oursin. Le Malestroyen a entamé un combat contre l'immobilité psychologique et physique. Comment ? Essentiellement en marchant et en chantant. '' Prendre de la dopamine pour atténuer les symptômes ne me suffit pas. Je ne veux pas être enfermé dans une image de malade. Je n'aime pas la pitié. J'essaie de ne pas y penser. Le regard des autres ? Je commence à m'en fiche... même si c'est plus facile à dire qu'à faire. ''

Pélerin dans l'âme, Pierre Hervy a toujours suivi le chemin de l'aventure. Et dans ''aventure'' il y a
''vent'', celui de l'espérance. C'est ce souffle qui le pousse à chanter des airs de Vivaldi dans les églises, '' et en latin : je connais la partition par cœur. '' Une fois par semaine, avec l'ami Dominique, le choriste de ''Forlane'' ( chorale de Riffiac ) donne de la voix dans la maison du seigneur de Saint-Congard. Pierre Hervy imagine aussi ses propres chorégraphiques gymniques à l'aide de son bâton en quête d'équilibre et d'harmonie, comme pour mettre à l'épreuve la symétrie de ses deux hémisphères cérébraux.

'' Je chante plusieurs heures par jour. J'essaie d'établir de nouvelles connexions avec le monde. Je marche beaucoup. Je parle avec les gens. J'aime leur faire découvrir ma ville. Je fais de la gym le matin place Kerhervé. Je pratique aussi le chi-gong. ''


''L'homme qui marche'' est ce chef d’œuvre qui rendit célèbre le sculpteur Giacometti en 1960. Pierre Hervy marche dans ses pas pour ne pas oublier sa trace...



La voix des masques, a dit Lyly et je rajouterais : la voix démasque... merci à vous, vraiment de ces si beaux témoignages de vie.  Je vous aime. F.


Voir aussi sur ce blog :

Couleurs vénitiennes, Sylvie Flamand et Lyly Julé






Commentaires

  1. Encore un post bien émouvant...mes douces pensées à tous... et merci pour cette belle langue! 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie Anne de ton regard posé sur parkiston lyly

      Supprimer
  2. Merveilleux témoignage de Liliane ,j'ai l'impression de voir ce combat qu'elle mène tant son texte est vivant ...
    Et le texte de Pierre Hervy est un hymne à la vie !c'est magnifique ..
    Que d'émotions dans ces deux histoires ..
    On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime combien on les aime !!!!

    .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi... je laisse Lyly poursuivre...

      Supprimer
    2. je te remercie Patricia de ton gentil commentaire lyly

      Supprimer
  3. Deux récits très émouvants écrits avec la fureur de vivre. Je suis très touchée car j'ai connu cette descente aux enfersenfers et le regard des autres oh combien difficile à surmonter au début. Mais j'ai eu de la chance que Parkinson ne donne pas. Beaucoup de courage à tous ceux atteints de cette maladie et profitons de l'instant présent, savourons le bon que la vie nous offre sans oublier qu'elle peut nous le reprendre bien vite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est exactement ça et si bien dit, Nicole : " la fureur de vivre " et je laisse Lyly, peut-être aussi Pierre - je ne sais pas s'il pourra le faire directement mais je me ferai alors son porte-parole - te répondre et te remercier. merci à toi pour ce témoignage.

      Supprimer
    2. merci beaucoup Nicole et je sais ce que tu as dû ressentir en lisant parkiston
      " la fureur de vivre " aurais pu être un titre approprie aussi
      et comme tu le dis si bien profitons au maximun de ce que nous offre la vie ....

      Supprimer
  4. Que peut on rajouter à ces textes ... Ce Mal qui s’infiltre en vous , ce mal qui vous fait souffrir Et vous diminue. , ce mal qui prend les rennes de votre vie et celle de tout ceux qui vous entourent ....
    merci Lyly pour ce dessin , merci Fran pour ces textes , et bravo bravo au courage que tous faites preuve pour lutter contre l’emprise de ce Parkinson

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh... les textes ne sont pas de moi... le premier de Lyly - magnifique texte - et le second est un article de journal. j'ai assuré la manutention... ;)

      Supprimer
    2. merci Sylvie t avoir si bien écrit ton commentaire cela me touche !
      Oui quand un être cher est touché il faut lui donné un second souffle de vie pour aller toujours plus loin...

      Supprimer
    3. Je sais Fran que les textes ne sont pas de toi .... ça n’empêche pas leur qualité !
      A vrai dire c’était pour te remercier de les faire paraître ..... sur ton blog .

      Supprimer
    4. merci Lyly , je t’admire et surtout ton mari aussi 😍

      Supprimer
    5. Merci Sylvie de ton admiration à mon égard mais c est surtout l amour de l autre
      qui nous entraîne et entraide allez jusqu au bout de cette histoire ensemble...
      bisous à toi Marwychkka(Lyly)

      Supprimer
  5. Marie-Hélène BLONDEL12 novembre 2018 à 16:54

    Un peu trop touchée de très prêt par ces deux textes pour trouver les mots...juste merci pour ces témoignages émouvants et bravo pour parler si bien de cette lutte de tous les jours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Marie Helene d avoir eu un regard sur ses textes !
      je comprends que vous ne puissiez pas vous exprimer car personnellement comme je le dit dans le texte il m a fallu beaucoup de temps pour l accepter ....

      Supprimer
  6. Pour toi mon amie Fran un très grand merci de ta gentillesse et du temps passé sur cet ouvrage
    très intèressant le récit de monsieur Hervy Pierre
    je suis toujours émue sur parkiston ...
    claude te remercie aussi il a apprecié ton travail a été très interessé par le récit de ce mr Hervy Pierre
    potselui Marwychkka ( Lyly)


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peirre Hervy m'a envoyé un mail après lecture sur le blog, un seul mot en majuscule : MAGNIFIQUE...ce qui te revient Lyly en grande partie par ce texte d'une grand ejustesse, vérité et beauté que tu nous donnes à lire : vraiment MERCI à toi et à Pierre pour vos témoignages emplis de vie.

      Supprimer
  7. Deux textes bien émouvants et chapeau aux personnes atteintes et leurs proches de lutter contre cette maladie et de continuer à vivre l'instant présent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup Patsy de ton si gentil commentaire et d être toujours presente !

      Supprimer
  8. Lyly, à mon tour de te dire ceci :

    tu as mis à distance la maladie tout en nous la faisant traverser comme une ombre qui se faufile de part et d'autre, tel un cygne noir. tout est dans les silences que tu poses et combien la suggestion en révèle les dégâts et le combat à mener tant par celui ou celle qui en souffre que par celui ou celle qui accompagne.

    Merci, Lyly, pour cela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Je te remercie mon amie Fran de ton ressenti qui m a beaucoup émue !
      en espérant que ce petit reportage pourra donner un peu de lumière à ceux qui souffrent et ceci sans prétention de ma part ...
      potselui Marwychkka (Lyly)

      Supprimer
  9. Monsieur Pierre Hervy merci d avoir pu un peu contribué a votre histoire avec " l oursin piquant"
    je suis admiratif des activités que vous faîtes et comme dis si bien mon amie Nicole Darridol
    " la fureur de vivre " est en vous comme claude , je vous souhaite de tout coeur bonne route ...
    Marwychkka(Lyly)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reçu ce jour de la part de Pierre Hervy :

      Remerciez tous les amis. Je suis très touché par l'article de Lily et les commentaires de tous.Je suis toujours en marche et Parkinson s'est planqué sous mon clavier.
      Géronimo a repris les armes contre lui
      Il me fait marcher tous les jours à sa manière etc
      Positivement vôtre

      Supprimer
  10. Touchant. Je ne ferai pas plus de commentaires et ne m'étendrai pas davantage sur le sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aqr Alpha je comprends et respecte ton choix
      merci t avoir posé ton regard sur ses écrits ...

      Supprimer
  11. Des textes qui incitent à se dire que quand on n'est pas accompagné de Parkinson, tout est plus facile quels que soient les aléas de la vie ... et la toile des masques me fait penser à tout ce que les personnes atteintes de cette maladie doivent cacher ... et se cacher pour continuer à avancer ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue à vous sur ce blog... je ne sais si Lyly est au courant de votre passage sur son article pour vous en remercier personnellement.

      Supprimer
  12. spasibo Mari klod za vash kommentariy chto vy
    chuvstvovali chto tak.....

    merci Marie Claude de ton commentaire que tu l ai ressenti comme cela ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Lyly ... des personnes dans la famille de mon mari l'ont rencontré ... ou le rencontrent encore !...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Tears for trees