Articles

Affichage des articles du décembre, 2018

La vie, les gens... avec Syl peintre et Jung

Image
C'est librement que je me suis permise d'associer à la vidéo des toiles de Sylvie, ces extraits du livre : L'Âme et la Vie de Jung... le livre est conséquent et le choix difficile, mais les événements que nous traversons en France a quelque peu orienté mes choix et n'engage, à la lecture, que moi... ce blog est une plateforme d'échanges où la diversité, sous toutes ses formes, s'exprime dans le respect de tout ce qui constitue la vie, et notamment des gens, de part et d'autre... c'est ainsi que notre artiste peintre nous livre son regard, sans aucun jugement, ni discrimination, sur eux et sur la vie, sans en extraire ce qui pourrait déplaire et tronquer alors le regard de chacun, en commençant par le sien. Ce qui la guide sur  la toile c'est un projet de l'âme que l'artiste  interprète et nous livre... l'esprit du temps...
Fran Nuda





Extraits de  L'Âme et la Vie, de Carl Gustav Jung :

 Epigraphe de Goethe :

Les discours oscillent de-ci, …

Ivres paradis, bonheurs héroïques, Boris Cyrulnik, extrait

Image
Bien sûr ce n'est pas un hasard si, ce matin, je saisis ce livre lu il y a peu, et que naturellement se présente sous mes yeux cet extrait qui prend tout son sens, au vu des événements actuels en France, mais aussi au vu de ce qui, dans le quotidien, agit inlassablement dans les relations humaines... choisir de ne pas attiser le feu qui brûle, choisir de faire naître la flamme qui éclaire, qui vacille mais résiste à l'air du temps, ce temps compté car il lui faudra un jour s'éteindre et elle le sait, la flamme, elle accepte l'ordre des choses, des choses de la vie.  En silence, sans éclat, préserver en soi cet espace de liberté, et ne jamais se soumettre, sans heurt, ni esclandre, ni cri de désespoir, juste désobéir parce que c'est ça, mon choix, ni héroïne, ni martyre, ni suiveuse, ni meneuse ; seule dans mes choix. Ainsi fut fait aussi dans le choix de cette toile de  mon amie Sylvie sans que ce soit le fruit du hasard.
Fran Nuda 

Haïshas d'automne, 2017, 2018, Fran Nuda, video

Image
Pourquoi  j'aime cette forme courte de poésie japonaise... déjà, je dirais pour son extraordinaire capacité à déplier l'éventail des sens à la lecture, en si peu de mots, et c'est ce que je recherchais : dire beaucoup en peu de mots, en offrant au  lecteur un espace  de libre  interprétation. Le haïku, cette fulgurance qui traverse notre quotidien... Le haïsha, lui,  donne autant de place au haïku qu'il en donne à la photo d'où la nécessité qu'ils ne disent pas la même chose pour faire jaillir une troisième voi(e)(x) qui appartient alors au lecteur... et c'est en cela qu'il me plaît particulièrement... Ces haïshas datent de l'an dernier, pour la plupart, d'autres, de cette année...

Fran Nuda







Quelques haïkus d'hiver... d'avant...


HAÏKU : Ce petit rien du jour, pour le définir en peu de mots comme il le fait lui-même puisqu'il a pour caractéristique de  s'écrire en 17 ou 18 syllabes au maximum - souvent en 5/7/5,  sa forme la…