Lectures chuchotées du CIALA, PLUME de Fran Nuda

Le CIALA, collectif interculturel d’auteurs de Loire-Atlantique, vous convie à une expérience littéraire inédite. Seize textes, choisis parmi ceux des auteurs invités au festival et d’auteurs locaux membres du CIALA, vous seront chuchotés, murmurés, lus dans l’obscurité par un chœur d’une quinzaine de voix. Ils seront accompagnés ou ponctués par deux violons et par les voix de « chanteuses lyriques tout terrain » qui viendront parfaire cette ambiance surprenante. Vous découvrirez alors prose et poésie dans une douce obscurité, comme un peu hors du monde et pourtant au plus près de sa vérité. La première séance abordera le thème de l’exil et de la mer. La seconde dénoncera la guerre et évoquera les délices de l’enfance.
Mise en scène : Monique Piau-Quinton et Hélène Soumet
Violons : Gaëlle et Sébastien Christman
Chants lyriques : Les Polysonantes (Nathalie Fabre)



Le chœur de lecteurs du CIALA


Collectif interculturel d’auteurs de Loire-Atlantique,
a le plaisir de vous présenter des extraits choisis dans des œuvres
d’auteurs invités au festival Atlantide et d’auteurs de notre région.


1ère SEANCE - Vendredi 1er mars 2019 à 17h
L’EXIL
·         Seuils - Maelle LEVACHER - prologue de Navettes
·         La fureur de Chtonos - Sandrine SCARDIGLI – extrait d’Anacalypse
·         Eleuthera - Shumona SINHA - extrait d’Assommons les pauvres
·         Sally Diallo - Raphael REUCHE - extrait de Poèmes
·         Langue étrangère - Louise DEJOUR-CHOBODICKA –inédit
LA MER
·         Au large - Adrien BOSC - extrait de Constellation
·         Naufrage - Carsten JENSEN - extrait de Nous, les noyés
·         Mer pourpre de Gabriel REBOURCET - extrait de Le chanteur de Mantoue
·         Entrer dans l’eau - Chantal THOMAS - extrait de Souvenirs de la marée basse
Violon : G. et S. Christman - Olah Nota et ruten Nota de Bartok  et Sur les vagues du lac Balaton
Chant Lyrique : Les Polysonantes - Va pensiero (Nabucco) de Verdi

2ème SEANCE - Vendredi 1er mars 2019 à 18h
LA GUERRE
·         L’allemande - Beatrice NOURRY -extrait de L’allemande
·         Fuite - In Koli Jean BOFANE - extrait de Congo Inc
·         Trophée - Thierry COVOLO - nouvelle inédite
·         Remords - David DIOP - extrait de Frère d’âme
L’ENFANCE
·         Plume - Fran NUDA - extrait de Plume
·         La plage – Estelle-Sarah BULLE - extrait de Là où les chiens aboient par la queue
·         Origine - Joséphine BACON - extrait de Bâtons à message
·         Le Mouchoir - Monique LEROUX SERRES - extrait de Ode à mon mouchoir
Violon : G. et S. Christman - La jeune fille et la mort de Schubert, Bankodas de Bartók, et Schalf mein Kind, berceuse Klezmer.
Chant lyrique : les Polysonantes - Pluie d’avril de Larry Morey

Le CIALA remercie vivement 
 -Valérie Linder pour la réalisation de l’affiche,
- Gaëlle et Sébastien Christman, les violonistes,
- Les Polysonantes, les chanteuses lyriques « tout terrain »,
- le lycée Clemenceau pour la mise à disposition d’une salle de théâtre,
- les lecteurs du chœur, bénévoles et enthousiastes,
- les metteures en scène,  Monique Piau-Quinton et Hélène Soumet
- l’équipe du LIEU UNIQUE.
-  
CIALA - Collectif interculturel d’auteurs de Loire-Atlantique
contact.ciala@gmail.com

Extrait de PLUME, Fran Nuda, page 70, 71

Plantée, ils m’ont plantée, là, sur la Terre. J’y ai pris quelques racines, par ci par là. J’ai laissé
pousser ce que je ne pouvais maîtriser. Je me suis, peu à peu, habituée à cette apparence. À force
de me regarder, j’ai commencé à me reconnaître. Par endroits. Je suis donc ça. Comme je me sens
bizarre dans cette peau que je ne connais pas. Je sais pourtant que je suis vivante. Je le ressens au
plus profond de moi. Même, d’ailleurs, quand je ne le veux plus. J’ai mal, je ne sais pas pourquoi,
je voudrais que cela cesse mais je ne le peux pas. Ça fait donc, à ce point, mal, la vie ? Alors
pourquoi me l’ont-ils donnée ? Pourquoi m’avoir plantée là, moi qui n’avais rien demandé ?
Je n’avais rien demandé, je n’existais pas, je ne souffrais pas, je n’étais pas même une idée. Une
idée dans la tête de l’un ou de l’autre. Non, rien. Je suis apparue, mais je crois que j’étais mal
venue. Comme une inconvenance à la bienséance. Une femme en mal d’amour m’a conçue sans le
vouloir. Un homme en érection m’a prêté vie. C’est aussi bête que cela. Je ne dois à rien d’autre
ma venue au monde impromptue. Aucun désir si ce n’est peut-être le mien.
Ai-je donc, à ce point, voulu naître ? D’eux, en plus ? À y regarder de plus près, pourquoi pas
d’eux, d’ailleurs ? Que sais-je réellement d’eux ? Rien. Dans toute cette histoire, il n’y a que des
riens qui s’entremêlent. La vie nous joue des tours où la magie a bien peu de place. D’où, sans
doute, le besoin de l’inventer, chaque jour. Il faut bien trouver un sens à ce qui n’en a pas. Dieu
s’en est donné un pour qu’on ne l’oublie pas, malgré le temps qui passe.

À peine apparu le premier homme sur la terre, aussitôt, Dieu s’est imposé. C’est moi qui t’ai fait,
ne cessait-il de répéter au pauvre bougre qui ne voyait rien d’autre qu’une lueur dans l’obscurité
de cette absurdité qui l’avait fait exister, là, parmi toutes ces énormes bêtes sauvages qui, à chaque
instant, voulaient le dévorer. Mais qu’avait-il donc fait pour mériter tel châtiment ? Tout ça n’avait
vraiment pas de sens. Il se pencha sur la question, histoire de se distraire et de s’extraire de cet
imbroglio.
Je suis cette abstraction qui cherche une place. En perpétuel décalage, je ne sais où me situer sur
l’échelle du temps. Je cherche une identité. Je dois devenir du sens. Il m’appartient de me sortir de
cette ornière, et cette fois, je ne serai plus la dernière. Je suis cette enfant qui réfléchit tout le
temps. Je suis cette pauvre chose qui se cherche un destin, au-delà du chemin épineux de leur
histoire à eux. Je suis l’éventualité de plusieurs identités. À moi de trouver celle qui me sied. Scier.
Scier la branche cassée. Rebrousser chemin car, franchement, je n’y comprends rien. Mais
comment faire sans boussole ? Je me perds dans toutes ces images qu’il va me falloir trier. Aurai-
je le temps d’accomplir ce travail ardu ? Art. Peut-être derrière ce petit mot se cache une idée qui
pourrait m’apporter la réponse à la question que je me pose.

Commentaires

  1. Un merveilleux texte qui porte à réflexion.On se pose les questions:"Qui suis-je,où vais-je,que vais-je devenir ?"
    Merci Fran pour tes écrits et tous tes généreux partages sur ton blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de le dire Patsy et ravie que tout cela te touche...

      Supprimer
  2. Pour avoir lu "Plume", ce livre me semble être l'histoire de la découverte de la vie pour arriver à la connaissance de soi, et se construire en profondeur. Être soi.
    Cette idée de lectures chuchotées par un choeur, dans l'obscurité est formidable. Ce doit être une belle et surprenante expérience à vivre ; le ressenti doit être fort, justement par cet environnement particulier .
    Beaux moments à toi,Fran.

    RépondreSupprimer
  3. Très touchant ce chemin de vie, parfois bien long et compliqué avant de lui trouver et lui donner un sens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est tout à fait cela... Merci Nicole, d'avoir pris le temps de lire et de commenter

      Supprimer
  4. La réponse à toute ces..., nos questions est peut-être bien effet l’Art... l’Art-peindre, lArt-sculpter, l’Art- écrire.... qu’importe! Essayons!!! 😊 bonnes lectures chuchotées Fran! 😘

    RépondreSupprimer
  5. C’est bien d’écrire et très bien un peu ce que beaucoup de personnes ressentent . Ces questions qu’ado je me posais , qui, d’où , ou , quand et le fameux pourquoi .... avec le temps , on choisit un chemin, est ce le bon ?
    L Art aide , enjolive, motive , toi ton texte nous fait réfléchir , merci Fràn

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sylvie de me dire que ce texte porte à réfléchir et transcrit ce qu'un jour ou l'autre chacun ressent car c'est ce qui motive ma plume.😍

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Colores, Poesía de Federico García Lorca

La vie, les gens... avec Syl peintre et Jung