Suspension, de Fran Nuda, Elba

Après Eliane toujours consultable sur le blog, voici le deuxième portrait de femmes : ELBA. elle aussi est au carrefour de sa vie mais enlisée semble-t-il dans une vie qui l'endort et ce, depuis trop longtemps. Elle est ce qu'on appelle une gentille personne, toujours d'accord... enfin presque... quand un jour elle décide autrement de son sort... croit-elle... le chemin de soi est long, hasardeux et quelque peu cahoteux... jusqu'où saura-t-elle aller pour devenir celle qu'elle serait si elle décidait d'être plutôt que de paraître... Toujours bien sûr un point de vue choisi de l'autrice non pas pour critiquer les hommes - qu'elle aime par ailleurs ;) - mais bien trouver un chemin vers plus de vérité d'être de part et d'autre. Elba est illustrée ici par une toile de Sylvie Lorimier, dont vous pouvez voir les oeuvres les plus récentes en cliquant sur le lien sous la toile.

Fran Nuda

Syl Peintre - Accueil

Elba dort… de plus en plus souvent… au gré du vent, au gré des gens, bon gré mal gré, car elle ignore encore ce que signifie « être agréée ». Parfois, avec la brutalité d’une éruption volcanique, elle explose, éructe, crache toute sa hargne accumulée au fil des années de ce long sommeil forcé. Elba se surprend à lancer, à la figure des gens, tout ce qui sort de sa bouche en feu, tous ces coups reçus en continu qu’elle n’a pas rendus et ce, au risque de sa santé. Elle surprend alors tous les membres de son monde, inquiets pour elle, mais surtout pour eux car les voici en alerte, intrigués par ce comportement qui saccage tout autour d’eux, dans cet instant de lucidité qui saisit à la gorge Elba.
Elle n’a plus alors que des larmes à verser dans le désert de sa prison colimaçon où elle perd la raison, toujours au gré du vent devenu violent, toujours au gré des gens perturbés ou absents, toujours plutôt mal gré que bon gré. Pourtant, Elba a du répondant depuis qu’elle vient d’avoir quarante ans, et elle décide de le passer à la question...
Lui, son mari… Elle lui demande ce pourquoi il l’a mise là, à ses côtés, et il ne sait que répondre, ne s’étant, lui-même, jamais posé la question. C’est ainsi que pour ne jamais avoir mis sa vie en question, il perd sa femme, la belle Elba, sans ne rien comprendre au soudain réveil de cette dernière.
Voici notre Elba, disponible, qui fait son entrée au pays des hommes libres de toute contrainte ; et la voici, désormais, qui batifole… Elle les avale, les uns après les autres, rattrape les vingt ans passés au côté de l’absent, jusqu’à, naturellement, en avoir une indigestion, ce qui l’oblige à se poser et, de nouveau, elle s’endort dans les bras de l’amant du jour ou de la nuit. Elle y ronronne quelques temps, jusqu’à faire, de nouveau, trembler la soupape de sécurité. Un jaillissement de colères rentrées, de comptes bloqués, d’affaires à régler, lui brouille la vue qu’elle perd, et de nouveau, Elba disparaît.
Emmenée de force aux Urgences, on l’endort, et de nouveau, les yeux fermés, elle pleure… Elle pleure toutes ses années passées à espérer, sans ne jamais rien gagner qui ne la comble. Oui, elle doit changer, changer de point de vue, pour se retrouver, elle, elle qui s’est perdue dans ce voyage, pourtant bien organisé, au pays des hommes sûrs et fiables et du mariage convenu.
Sur le chemin d’elle-même, Elba avance… à reculons… encore un peu en suspension… avec hésitation… mais, aussi, quand même, détermination… 

Fran Nuda

Commentaires

  1. Qu'il est éclatant de réalisme ce texte Fran ! Elba engoncée dans une vie somme toute tracée à l'avance par des générations de femmes avant elle ; être dans le moule,faire semblant, acquiescer,se laisser dominer.
    Et un beau jour le déclic,elle se rend compte que cela n'est pas sa vie...combien de femmes pensent comme elle et hésitent à faire le premier pas à l'extérieur de leur "prison" dorée ? Combien se prennent en mains et mettent leurs envies et leurs fantasmes enfin au premier plan, au même titre que les hommes ?
    Puis la sentence tombe "ce n'est pas elle, elle est en dépression, il faut la faire soigner"...
    Oser s'affranchir des conventions paternalistes se paient cher dans notre société, mais Elba a goûté au doux plaisir de soi et est déterminée à sortir du carcan convenu pour elle, femme à part entière qui enfin se revendique comme Une.
    Accompagné de cette formidable toile de Sylvie, ce texte nous signifie que nous sommes prêtes à tout pour vivre et vibrer nos émotions corps et âme.
    Tout simplement sublime cet écrit Fran, merci de nous remettre parfois face à notre propre vérité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ce texte t'a parlé et cela s'entend, alors je suis ravie car tel est le but de mon écriture : résonner haut et longtemps dans l'intime de chacun...

      Supprimer
  2. Je pense que ton Elba est parfaitement en raccord avec cette femme en rouge ... merci d’avoir choisi cette toile.
    Il est bon de crier pour se faire entendre, il est bon de dire ce que l’on pense pour sa liberté . Elba s’est réveillée juste à temps pour ne pas finir étriquée comme sa vie passée.
    Beau portrait de femme comme on les aime, comme on aimerait être ou qu’on est .
    Merci Fràn 😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sylvie... oui j'ai beaucoup de chance que tu saches aussi bien peindre les femmes notamment mais pas que...

      Supprimer
  3. Grr il n'a pas pris mon com ! Je disais, texte poignant ! Le cri devrait jamais être bâillonné, mais je n'épiloguerai pas sur le sujet ! Je découvre ou couvre tout simplement le tableau de Sylvei qui va bien avec tes mots ! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bé si " il " a pris ton com... tu es WUb désormais , soit toujours le même... allez vas-y : crie toi aussi... ;) merci pour apprécier et le dire ici...

      Supprimer
  4. Elba,une femme qui a appris à se connaître en regardant à l'intérieur d'elle-même.C'est mon ressenti en lisant ton texte et en admirant cette superbe toile de Sylvie.Bravo et merci à vous deux.

    RépondreSupprimer
  5. Je regarde la toile de Sylvie, je vois une belle femme alanguie , perdue dans ses coussins, reflet d'une vie confortable et monotone mais le choix des couleurs me donne l'impression d'un feu qui couve... prêt à s'enflammer....et toi Fran, tu lui prêtes tes mots...elle s'embrase pour une autre vie ,se brûle parfois les ailes mais c'est pour mieux s'envoler....elle veut être tout simplement Elle , une femme libre...Fran et Sylvie, vous êtes super,merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de passer par là Joëlle, cela me fait vraiment plaisir.

      Supprimer
  6. Je découvre elba qui, somme toute, ressemble à beaucoup de femmes. Se réveiller rsest déjà bien, se connaître et savoir ce que l'on veut mais il est parfois difficile de tout chambouler, enfermé dans le carcan ! Encore une belle association et bravo à vous deux

    RépondreSupprimer
  7. Je découvre Elba et cette magnifique toile de Sylvie!!! Comme il est difficile de changer de vie, de ne penser qu à soi... Encore un portrait poignant !!

    RépondreSupprimer
  8. femme d une génération où la soumission était de mise .le réveil de certaines parfois
    assez complexe ,long et difficile ainsi que leur choix de tout quitter ,au plus profond d elles mème engendré une révolte qu elles exprimaient verbalement pour commencer ensuite s évader pour se reconstruire et trouver une liberté qui parfois était délicate ....
    personnellement j ai rencontré certaines de ses femmes !!! même encore.....
    merci fran encore un trés beau texte de elba sur la femme
    très belle toile de sylvie

    RépondreSupprimer
  9. Oui toutes ces femmes existent en effet car je les ai rencontrées, observées, et mises en mots avec le temps😘

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Tears for trees

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Réel ou Virtuel ?