Veleta, Girouette, poème de Lorca, photo de Soiz Paris

El viento y la veleta... le vent et la girouette et puis, Lorca... je ne pouvais faire abstraction de ce grand poète espagnol sur ce blog étant hispanisante et considérant cette langue comme celle que je me suis donnée pour me mettre au monde...  Il se trouve que  mon amie Soiz a joint ce poème à sa photo sur FB et m'a autorisée à la publier ici... Toutefois il me fallait trouver ce poème dans sa langue d'origine et c'est chose faite... toi qui passes par là, gira, tu tambien, al viento del Sur con Lorca... Buen vuelo !

Fran Nuda


Veleta





Viento del Sur,
moreno, ardiente,
llegas sobre mi carne,
trayéndome semilla
de brillantes
miradas, empapado
de azahares.

Pones roja la luna
y sollozantes
los álamos cautivos, pero vienes
¡demasiado tarde !
¡ Ya he enrollado la noche de mi cuento
en el estante !

Sin ningún viento,
¡hazme caso !,
gira, corazón;
gira, corazón.

Aire del Norte,
¡oso blanco del viento !
Llegas sobre mi carne
tembloroso de auroras
boreales,
con tu capa de espectros
capitanes,
y riyéndote a gritos
del Dante.
¡ Oh pulidor de estrellas !
Pero vienes
demasiado tarde.
Mi almario está musgoso
y he perdido la llave.

Sin ningún viento,
¡ hazme caso !,
gira, corazón;
gira, corazón.

Brisas, gnomos y vientos
de ninguna parte.
Mosquitos de la rosa
de pétalos pirámides.
Alisios destetados
entre los rudos árboles,
flautas en la tormenta,
¡ dejadme !
Tiene recias cadenas
mi recuerdo,
y está cautiva el ave
que dibuja con trinos
la tarde.

Las cosas que se van no vuelven nunca,
todo el mundo lo sabe,
y entre el claro gentío de los vientos
es inútil quejarse.
¿ Verdad, chopo, maestro de la brisa ?
¡Es inútil quejarse!

Sin ningún viento.
¡ hazme caso !
gira, corazón;
gira, corazón.
Juillet 1920


Girouette
Federico Garcia Lorca


Vent du Sud,

brun, ardent,

ton souffle sur ma chair

apporte un semis de regards

brillants et le parfum

des orangers.

Tu fais rougir la lune

et sangloter

les peupliers captifs, mais tu arrives

trop tard !

J'ai déjà enroulé la nuit de mon histoire

sur l'étagère!

Même sans vent,

crois-moi !

Tourne, mon cœur,

tourne, mon cœur.



Vent du nord,

ours blanc du vent !

Tu souffles sur ma chair,

tout frissonnant d'aurores

boréales,

avec ta traîne de spectres

capitaines,

et riant de Dante

aux éclats.

Ô, polisseur d'étoiles !

Mais tu arrives trop tard.

L'armoire est vermoulue

et j'ai perdu la clé.

 

Même sans vent,

crois-moi !

Tourne, mon cœur,

tourne, mon cœur.



Brises, gnomes et vents

venus de nulle part.

Moustiques de la rose

pétales en pyramides.

Vents alizés sevrés

parmi les rudes arbres,

flûtes dans la bourrasque,

laissez-moi !

De lourdes chaînes ancrent

mes souvenirs,

et captif est l’oiseau

qui dessine le soir

de ses trilles.

 

Les choses qui s'en vont jamais ne reviennent,

tout le monde le sait,

et dans la foule des vents

il est vain de se plaindre.

 

N'est-ce pas, peuplier, maître de la brise ?

Il est vain de se plaindre !


Même sans vent,

crois-moi !

Tourne, mon cœur,

tourne, mon cœur.
 



Commentaires

  1. Un peu de poésie avant de rejoindre le pays de morphee. Merci pour ce joli moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis do c... Tu as veillé je vois, toi aussi... Ou ne dormirais-tu que d'un oeil ? 😘😄

      Supprimer
  2. Une très belle poésie.Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
  3. Les choses qui s'en vont jamais ne reviennent... magnifique poème. Suis ravi que tu as trouvé une place sur ton blog pour ce poête. Lorca une des nombreuses victimes de la guerre d'Espagne, des phalanges, mais pas des moindres. Merci Fran de l'aider à vivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le deuxième poème de Lorca sur le blog. Le premier Colores, de 2018 a régulièrement des vues encore...😘

      Supprimer
  4. Oh ! ...Belle surprise du matin ! Merci chère Fran pour le partage, sur FB et sur ton Blog, de cette Poésie qui nous touche tant ! ...Merci pour la girouette des bords de Loire, fière d'être parmi vous !❤️🌿 ...Nos cœurs en girouette !... (((*_*))) Belle journée, Fran, Belle journée à chacun-chacune ! Bisous ~ Je vais ressortir ce livre et relire F.G. Lorca ~

    RépondreSupprimer
  5. Superbe poème de Lorca qui est très joli à lire, un peu comme une chanson. Merci de nous le faire connaître Fran.😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, Patricia, ça pourrait se chanter et se danser... À la mode cirouette😘😄

      Supprimer
  6. Nos amis ont tout dit , où est ce la beauté de cette poésie qui me laisse sans mots ? Ceux de Lorca tournent et tournent dans ma tête ... merci Fràn 😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très beau com ma cop... Mais c'est que tu deviendrais poète😘😄

      Supprimer
    2. Non Fràn , j’oublie trop les mots et j’ai plus de mal à les manier qu’ûn pinceau mais ça ne m’empêche pas de les aimer 😌😘

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Colores, Poesía de Federico García Lorca

La vie, les gens... avec Syl peintre et Jung