Perrine et les enfants du Centre de rééducation Marc Sautelet

Il est des rencontres particulières parfois, même sur un salon du livre : un couple s'approche de mon stand, intéressé par  l'ouvrage LA VIE SANS FIN. Je les invite à  le feuilleter et je tombe sur la photo d'une jeune fille, allongée  sur le ventre, sur une civière, en train de lire un livre. Une photo prise dans un centre  sans doute de rééducation, comme celui dont il est question ici. Quand la dame voit cette photo, elle me dit combien cette photo lui parle et qu'elle a son propre texte déjà en tête. Je la convie donc à me le transmettre pour le publier sur le blog. Ce qu'elle fait en y joignant la photo de sa fille Perrine, ci-jointe. Et je comprends  alors combien, pour cette dame, a pu résonner cette photo. Une fois de plus, ce livre prend tout son sens et je m'en réjouis. Sentir de telles résonances me touche profondément. Un très beau partage qui, naturellement, a sa place sur ce blog. Mais je laisse la parole à  Maria Panada, la maman de Perrine...

Fran Nuda


Perrine

 Pour en savoir plus sur ce centre :

 http://www.hacavie.com/le-monde-du-handicap/articles/centre-de-soins-de-suite-et-de-readaptation-specialises-pour-enfants-et-adolescents-marc-sautelet/





Bonjour, Madame.
.
J'ai croisé le regard de ces enfants pendant cette  période difficile où ma fille était hospitalisée.

Voici le texte et la photo qui me touche personnellement.

Même, dans leurs souffrances, ils jouissaient de la vie.
Ils avaient appris à vivre avec leur mal.
Pouvant en parler sans complexité, peut-être, parce qu'ils se savaient tous dans la même galère.
Une solidarité, entre-eux s'était installé, donnant stimulation, force, courage, et humanité.
En communauté, ils résistaient.
Des coups de gueules ; des pleurs, des douleurs, ensemble ils les supportaient.
Et, dans leurs regards profonds, l'espoir de jours meilleurs, leurs donnait sourire.

A ma fille Perrine et aux enfants du Centre Marc Sautelet Villeneuve d'Acq.

Maria Panada



 Et voici le texte et la photo de LA VIE SANS FIN... Résonance troublante s'il en est...


                   



Elle avait ce regard penché qui lui donnait cet air sérieux, serein, même, elle qui, pourtant, chaque jour, devait faire face à de nombreuses difficultés ; mais quand elle penchait son regard sur le livre ouvert et qu'elle leur lisait, comme tous les matins, une courte histoire, elle sentait sur elle tous ces yeux illuminés au point de lui réchauffer le cœur au fur et à mesure de sa lecture.

Elle avait ce regard penché vers les mots qui s'alignaient tranquillement, dans un seul souffle qu'elle renouvelait, de virgule en virgule, le laissant aussi, parfois, suspendre, un temps, un temps où, soudain, tous les yeux semblaient comme accrochés à ce regard qui, alors, leur faisait face ; et là, un très court instant, ils recevaient la tristesse infinie de la liseuse ; et c'était à leur tour de lire, dans ce regard absent, l'écho de leur douleur intérieure... Ils la regardaient comme on regarde une petite sœur de misère,  une misère qui n'en finissait pas... sauf quand la liseuse penchait, de nouveau, son regard sur ces mots qui leur contaient combien, avant ou ailleurs, la vie pouvait avoir la douceur du miel, le parfum d'une rose éclose, la gaîté d'un pinson frivole sur la branche d'un cerisier en fleurs... Alors leurs yeux retrouvaient la lumière et le monde se couvrait de couleurs éclatantes ; un faisceau lumineux se répandait dans la pièce. 

Fran Nuda


Commentaires

  1. Quel beau texte de cette dame qui a vécu dans sa chair et son coeur la maladie de sa fille. Ce qu'elle dit et a ressenti dans ce centre montre que ces enfants sont d'une maturité et d'une solidarité qui en remontrent à nous adultes qui nous nous plaignons parfois pour pas grand chose.
    Pour avoir visité un centre de rééducation en Bretagne, je m'étais déjà rendu compte de cette force d'âme qui habitaient ces jeunes, une belle leçon de vie !!!!
    Quant à "La vie sans fin", c'est un livre que je feuillette souvent parce qu'il me permet de partir dans des souvenirs plus supportables que les photos personnelles.
    Merci pour la transmission de cette dame, cela fut sans doute très important pour elle de mettre ses mots sur une dure réalité. Ton livre peut aussi être une thérapie Fran , merci pour cela.😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta présence régulière sur ce blog, Patricia. Plus va et plus je suis heureuse d'avoir écrit ce livre qui parle à chacun... C'est ainsi qu'il me plaît d'écrire.

      Supprimer
  2. Magnifique le témoignage de cette dame suscité par la vue de la photo photo en feuilletant ton livre. C'est bien vrai qu'ensemble,ils réussissent à se prêter main forte.
    Pour ma part,toutes les photos et textes de "La Vie Sans Fin " provoquent en moi une émotion,un souvenir .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis preneuse de tout texte car ce livre est une porte ouverte pour chacun... Enfin ainsi fût-il envisagé, tant dans le choix des photos que dans les textes écrits. Merci Patsy...

      Supprimer
  3. Les enfants sont avides de la VIE, ils ne perdent pas de temps à se lamenter, ils prennent le positif quand il se présente et trouvent ensemble les moyens d avancer, de progresser et de s encourager !!! C est vrai que la rencontre avec la maman de Perrine est troublante avec la photo qui l a interpellée!!! Il fallait que la rencontre se fasse et elle a exprimée ici toute l’admiration qu elle éprouve pour ces blessés de la vie . C est sa façon de leur rendre un bel hommage !
    La photo qui a inspiré ton magnifique et touchant texte se juxtapose forcément à celle de Maria et son texte tout autant!!
    Tes mots, tes interprétations des photos reflètent les sentiments et la vie réelle alors sûrement d autres rencontres troublantes tu feras. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiment Martine pour tes. mots sur cette publication.

      Supprimer
  4. Très beau texte et temoignage de cette dame faisant écho au tien. Il résonne tout particulièrement en moi, pour avoir partagé quelques temps ces moments de galère. Merci pour ce beau partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui... Heureuse de te lire ici Nicole car toi aussi tu aurais un texte sur cette photo, évidemment...

      Supprimer
  5. Bonjour chère Fran, Bonjour les Ami(e)s !
    Je suis très émue par ce témoignage !
    Oui, quelle résonance particulière avec ton Texte de "LA VIE SANS FIN" et la Photo.
    J'aime beaucoup ce livre car chacun-chacune peut y retrouver un peu/beaucoup de son vécu…
    Merci pour tous tes beaux partages, Fran !
    Bisous doux (((*_*)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots chère Soiz... Cela touchera aussi la maman de Perrine. Je t'embrasse aussi

      Supprimer
  6. Très émouvant les paroles de cette maman habité par ce courage exemplaire car c'est très difficile de garder le sourire ,la gaiètè ,quand on traverse cette épreuve si douloureuse et ce livre magnifique " la vie sans fin" que je lis souvent qui l a conduite vers toi Fran ainsi que vers nous pour montrer que ses blessés de la vie ont cette force et le partage et de prendre la vie comme elle vient sans se lamenter ...prenons exemple !!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte

Colores, Poesía de Federico García Lorca

A love story, tableau de Alex Platt, texte de Carmen Pennarun