Lorsque l'enfant paraît, Victor Hugo, vidéo, F Nuda

Voilà... tu es désormais parmi nous petit B. Je n'écris pas ton prénom en entier car il appartient à tes parents de le faire sur ce vaste réseau mondial qu'est Internet. Pourras-tu un jour visionner cette vidéo ou sera-t-elle alors obsolète, comme celles que j'ai faites, en leur temps, de mes  deux derniers enfants et de ma petite-fille ? Tout va si vite en technologie... Quel sera ton monde à tes 20 ans ? En attendant, je te dédie cette modeste vidéo, à ton grand frère L. aussi, vidéo prise au mois de juillet lorsque j'étais chez tes grands-parents... on y voit tes arrières-grands-parents, ton papa là où toi aussi tu le verras le plus souvent dès que tu seras en âge de faire comme ton grand frère, tes premiers pas sur la planche,... eh oui, ça ne va pas tarder... ainsi en est-il lorsqu'on naît basque côté France du côté de Bayonne... et tu vas être à bonne école si je puis dire puisque ton papa enseigne le surf... Je n'ai pas pu voir ta maman, hélas, un peu à cause de toi, faut le dire, car tu t'appliquais à devenir solide, bien costaud, et ça n'a pas loupé... né en pleine tempête Ciara, si ça, ce n'est pas un signe d'appartenance...

Fran Nuda


                                       
                                                                       

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.

Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembre
Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre
Les chaises se toucher,
Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.
On rit, on se récrie, on l'appelle, et sa mère
Tremble à le voir marcher.

Quelquefois nous parlons, en remuant la flamme,
De patrie et de Dieu, des poètes, de l'âme
Qui s'élève en priant ;
L'enfant paraît, adieu le ciel et la patrie
Et les poètes saints ! la grave causerie
S'arrête en souriant.

La nuit, quand l'homme dort, quand l'esprit rêve, à l'heure
Où l'on entend gémir, comme une voix qui pleure,
L'onde entre les roseaux,
Si l'aube tout à coup là-bas luit comme un phare,
Sa clarté dans les champs éveille une fanfare
De cloches et d'oiseaux.

Enfant, vous êtes l'aube et mon âme est la plaine
Qui des plus douces fleurs embaume son haleine
Quand vous la respirez ;
Mon âme est la forêt dont les sombres ramures
S'emplissent pour vous seul de suaves murmures
Et de rayons dorés !

Car vos beaux yeux sont pleins de douceurs infinies,
Car vos petites mains, joyeuses et bénies,
N'ont point mal fait encor ;
Jamais vos jeunes pas n'ont touché notre fange,
Tête sacrée ! enfant aux cheveux blonds ! bel ange
À l'auréole d'or !

Vous êtes parmi nous la colombe de l'arche.
Vos pieds tendres et purs n'ont point l'âge où l'on marche.
Vos ailes sont d'azur.
Sans le comprendre encor vous regardez le monde.
Double virginité ! corps où rien n'est immonde,
Âme où rien n'est impur !

Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire,
Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire,
Ses pleurs vite apaisés,
Laissant errer sa vue étonnée et ravie,
Offrant de toutes parts sa jeune âme à la vie
Et sa bouche aux baisers !

Seigneur ! préservez-moi, préservez ceux que j'aime,
Frères, parents, amis, et mes ennemis même
Dans le mal triomphants,
De jamais voir, Seigneur ! l'été sans fleurs vermeilles,
La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles,
La maison sans enfants !

Victor Hugo.
  Lorsque l'enfant paraît



A voir aussi sur le blog  :





Le vent, la mer, l'océan et Nicole...


"Appel du large", huile sur papier toilé de Nicol...

 Ecrasante chaleur, Collectif sur toile de Nicole E...

  promenons-nous dans les bois avec N. Elbert, toile...

  Le tourbillon de la Vie, vidéo et collectif toiles...   

   Oldarra, l'esprit du Pays Basque, chants

  Les copains de la La Ruelle, toiles, collectif d'a...

 Et pendant ce temps, Nicole Elbert peint...

 L'auberge espagnole, Anglet juillet 2019

 Au nom de l'amitié, au Pays Basque

Commentaires

  1. Belle vidéo Fran,merci de nous présenter ce beau coin de pays et la famille de Nicole.Bienvenue au petit B.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vrai plaisir que ces vagues même en temps calme, comme ici...

      Supprimer
  2. Oui je suis encore gd Tante et j’adore deja ce ptit bout B..... , surtout s’il ressemble à son papa 😀.
    Trêve de plaisanterie , cette côte et cet océan, même l’endroit où tu vis Nicole , je l’ai arpenté pendant 3 ans , 1 mois complet pdt les vacances , avec au bras notre fille aînée ... c’est magnifique, mais je ne peux plus y retourner et œil bleu non plus , une page a du être tournée ... je sais que vous comprenez Fràn et toi.
    Mais très beau reportage, très beau montage .
    Bravo les files .
    💚💚

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. évidemment... là, oui, je comprends totalement... bisou doux ma Sylvie...

      Supprimer
  3. Oh la la, petite coquine Fran quelle surprise et belle attention de voir cette vidéo, tes mots et ce sublime poème dédiés à notre nouveau petit bouchon qui a rejoint la famille. J'en suis toute chamboulée, la larme à l'œil tellement cela me touche. Et le bonheur de revoir ces images, une infime partie d'une semaine de soleil, de rire et de beaux moments partagés avec toi.
    Merci infiniment pour tout et mille bisous à toi.
    Eh oui il est beau mon fils, c'est le plus beau bien sûr, pour ses sœurs aussi ! Mes gendres ont décrété qu'ils ne seraient jamais à la hauteur tellement elles mettent la barre haute avec lui !!! C'est ça la smala Elbert !
    Et pour tous ceux qui ne savent oui, un nouveau petit bonhomme a rejoint la famille le 10 février, 3kg520, tout brun ! 5ème petit enfant qui attend déjà son cousin prévu pour juin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon voilà, j'aime quand tu pleures... de rire... oui il est beau ton fils mais ton petit-fils aussi... et petit B. pointe son nez... bref, rude concurrence... je t'embrasse ;)

      Supprimer
  4. bravo tout est dit et magnifiquement presenter

    RépondreSupprimer
  5. C'est toujours autant poétique et beau ! Super Fran

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Thierry, toujours un plaisir de te lire ici.😘

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Colores, Poesía de Federico García Lorca

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte