The joy of being a granmother

18 ans, elle vient d'avoir 18 ans... Une femme en devenir qui va vers ce qui la porte, ce que je lui souhaite en tous cas... Que lui souhaiter à l'aube de ces 18 ans ? De rester le plus fidèle à soi, le reste suivra... Et cela lui appartient désormais. Revenons sur cette petite enfance dont le plus souvent on ne sait plus rien, bien que ce soient des années pleines de découvertes, et d'émotions fortes en tous genres qui parfois submergent le petit être qui n'a pas encore les mots pour les dire.Voici quelques morceaux choisis de la petite enfance de ma petite-fille, que j'ai filmés à l'époque où le numérique n'existait pas... Eh oui ! Ce qui fait que j'ai refilmé ces extraits en numérique en bidouillant comme j'ai pu, d'où une qualité moindre mais le coeur, lui, n'a pas pris une ride... Cette envie, enfant, de grandir vite, qu'elle manifestait à tout instant, mesurant à chaque âge ce qu'elle arrivait alors à faire, m'a fait choisir ce poème de Victor Hugo. Et il importait pour moi de laisser trace ici de cette joie que celle de devenir grand-mère, au-delà de l'absence, l'âge venant.

Fran Nuda




  A une jeune fille

Vous qui ne savez pas combien l'enfance est belle,
Enfant ! N'enviez point notre âge de douleurs,
Où le cœur tour à tour est esclave et rebelle,
Où le rire est souvent plus triste que vos pleurs.

Votre âge insouciant est si doux qu'on l'oublie !
Il passe, comme un souffle au vaste champ des airs,
Comme une voix joyeuse en fuyant affaiblie,
Comme un alcyon sur les mers.

Oh ! ne vous hâtez point de mûrir vos pensées !
Jouissez du matin, jouissez du printemps ;
Vos heures sont des fleurs l'une à l'autre enlacées ;
Ne les effeuillez pas plus vite que le temps.

Laissez venir les ans ! Le destin vous dévoue,
Comme nous, aux regrets, à la fausse amitié,
À ces maux sans espoir que l'orgueil désavoue,
À ces plaisirs qui font pitié.

Riez pourtant ! Du sort ignorez la puissance
Riez ! N'attristez pas votre front gracieux,
Votre oeil d'azur, miroir de paix et d'innocence,
Qui révèle votre âme et réfléchit les cieux !

Février 1825. Victor Hugo.



Il n’y a pas de bonheur comparable à la première pression des mains, quand l’une demande :
 « M’aimez-vous ? » et quand l’autre répond : « Oui, je t’aime. ».

Guy de Maupassant



à toi, Sarah...

Sur ce blog, voir aussi :

Cet absent-là, Livre de Camille Laurens, extrait

 PLUME, Récit initiatique, extrait

 Simone pour toujours, Fran Nuda, toile de S. Lorim...

 La percée de l'Être, Dürkheim

 Anna et Mister God de Fynn, peinture de MH Blondel...

 La joie créatrice pour Krishnamurti dansée par Ma...

 Dernier hommage, à toi, amie sans fin...

Ce bonheur-là... This happiness...

 Féminiser le monde, Leleu

 Comme l'oiseau... dialogues avec l'ange



Commentaires

  1. Elles sont formidables ces petites poupées .
    Quels beaux souvenirs pour toi et pour elle .
    Tu es fait un travail remarquable , ce montage en dit bcp, on sent à travers ton bonheur , ton amour de grand mère .
    Bravo Fràn et bon 18 ans a Sarah , l’enfant va faire place à une charmante jeune fille que j’ai déjà eu l’honneur de voir en photos .
    Que vos partages durent longtemps !!!
    Bisous 😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, grandMa de L. Rendez-vous dans quelques années pour toi. Tu profites pour l'instant de tous ces moments magiques de la petite enfance et du plaisir immense de la transmission sans le dur labeur de l'éducation en tant que parents.

      Supprimer
    2. Tt à fait ... que le plaisir 😘

      Supprimer
  2. Quelle jolie poupée ta petite fille, souvent accompagnée de sa tatie tout aussi jolie. Beaucoup d'amour dans ces vidéos, amour inconditionnel de grand mère. Tu lui fais un bien beau cadeau. Joyeux anniversaire à cette belle jeune fille qu'elle est devenue et félicitations à toi fran pour ce super travail

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nicole, entre grand-mères on se comprend... ;)

      Supprimer
    2. qd je dis que l’une devrait écrire mais signer pour nous 2 , hein Nicole , on dit ke même comme dhab 😃

      Supprimer
  3. Quel beau montage ! On voit bien à travers ces moments qui défilent ton bonheur d'être une mamie aimante et fière de ce joyau qui est apparue il y a dix-huit ans.Joyeux anniversaire à Sarah et bravo à toi Fran pour cet excellent travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui de bien belles années que celles où l'on transmet ces attaches qui vous ancrent au-delà de l'absence.

      Supprimer
  4. quel joli souvenir c est le coeur qui parle et rememore des moments de tendresse qui ne disparaissent jamais et reste ancrer dans l esprit .bravo Fran

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Ce montage me tenait à coeur, oui...😍😍😍

      Supprimer
  5. Que de beaux et tendres souvenirs!!! Je craque devant cette frimousse, son langage qui s affirme :) , toutes les joies de voir grandir ce petit être. Je sais que Sarah est devenue une belle jeune fille prête pour affronter la vie. Et je suppose que c est Mako que l on aperçoit ?
    Un bien beau souvenir pour Sarah !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Martine je savais que tu serais toi aussi sensible à cette publication ... Nous sommes un petit clan de grand-mères😘😊
      Je confirme ta supposition.

      Supprimer
  6. Magnifique vidéo emprunte d'une certaine nostalgie qui me ramène à la mienne. Une puce de toute beauté avec des yeux d'une force et d'une profondeur, d'une clarté incroyable. La voir chancelante, pas très stable ni assurée dans sa démarche est juste un bonheur infini. Toute l'innocence est dans cette vidéo. Et comme les vers de Totor collent à la perfection !!! Ils sont choisis ad hoc. Et, sans exagération aucune, cette enfant ne peut être que merveille, puisque née en février. Tu es une gran'ma gâtée !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette acuité du regard qui t'est propre et que j'apprécie tout particulièrement ici bien sûr. Merci pour tout ce que tu dis.. Certes en février, est-elle née mais pas verseau pour autant, poisson ... 😘😄

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Colores, Poesía de Federico García Lorca

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte