Le doux désir du Deux : Le désir, Le contrat, F. Nuda, Hopper, Solitude

Le doux désir du Deux... jour 3... Le désir... le contrat... l'un entraînant l'autre, irrémédiablement mais sans dire son nom. Quand la rencontre a eu lieu, le contrat se met en place, de façon différente pour l'un comme pour l'autre. Sans des réajustements au jour le jour quand le désir a pris forme sur la durée, difficile alors pour lui de survivre mais pas impossible pour autant. Quant au contrat, il a une capacité de se multiplier incroyable et a souvent comme conséquence de réduire le désir, à l'image de cette  route sur la peinture de HOPPER ci-jointe. Quelque part, même à deux, on est seul et la capacité à l'être sera déterminante pour la survie du désir, me semble-t-il... Que cette lecture vous soit propice à réflexion, seul(e) et ou à deux... ;) 

Fran Nuda



Solitude Edward Hopper, 1944 Huile sur toile 81 x 127 cm Collection particulière
Solitude
Edward Hopper, 1944
Huile sur toile 81 x 127 cm
Collection particulière


         Le désir



 Le besoin immédiat de l'autre, la faim d'un lien rarement serein, mais sans lequel rien n'existe. Cruel syllogisme ! De quoi suis-je le manque ? De qui suis-je le manque ? Questions obsédantes et lancinantes pour qui se cherche inlassablement dans tous ces autres impermanents, voire impertinents qui laissent le soi pantois, de bon ou de mauvais aloi. Cette faim de l'autre qui  brouille les cartes du jeu.

Ce bouton noir, manifeste de vie et création de l'esprit !

Une entrée en matière perturbante, tant l'objet de l'obsession couvre l'être d'un voile noir qui l'empêche de voir ce qui ne doit pas être raté. Cet instant magique où, tout à coup, deux êtres inconnus se croisent et tombent amoureux, sans autre raison que celui de ce désir qui les saisit. Sur le coup de ce rendez-vous fou, ils s'illuminent, rayonnent et papillonnent l'un autour de l'autre, et s'excluent du bas-monde.

Tout commence aujourd'hui, mot de passe du Deux !

Le cœur tendre, le sexe humide et dur, aveuglés, légers, en un mot, amoureux, ils en oublient de vivre. Aériens, solaires, tout sauf terre à terre, ils alimentent le manque qui les a fait se rencontrer. Ils se ressemblent tant, qu'ils n'arrivent plus à se reconnaître autre de l'autre. Bénis des Dieux, ils virevoltent, s'élancent comme des chevaux fougueux vers l'Eldorado des hautes sphères de la volupté.

L'euphorie apoplectique de la rencontre !

Le corps a ses raisons  que l'amour courtois ne connaît pas. L'instant éternel s'achève dans la sueur de leur bonheur. La chair exalte le sentiment identitaire et le cœur exulte après la mêlée de cette chevauchée fantastique et élastique. Quand les douze coups de la rencontre sonneront, ébahis, abrutis, les deux tourtereaux se tourneront le dos, en quête d'autres oiseaux au plumage encore plus beau. A moins que...


         Le contrat


 Oral ou écrit, moral ou établi, le contrat, de toutes façons, est passé. Il s'établit secrètement quand on persiste à se voir et que l'on signe aussi, parfois, d'autres engagements, plus ou moins déguisés, afin de se faire croire que l'on ne sera jamais prisonnier de ce lien qui ne dit pas son nom. Le contrat a bien eu lieu, avec ou sans l'aide de Dieu. Tacite ou lucide, il est là,  tapi,  inscrit, en tout petit.

Ne plus piper mot face aux dés pipés du contrat !

Il dit en quelques mots que tout n'est  pas permis. Il déconcerte lorsqu'on n'a pas pris le temps de le lire ou de l'écrire, ensemble, au doux temps de l'entente. Il harcèle quand on le trahit au détriment d'autrui. Il persévère quand on veut le détruire. Il excelle à transcrire des barrières protocolaires lorsque, rédigé conforme à la loi, il l'applique sans octroi. La complexité de l'uniformité de la normalité.

Obscurité glacée d'une éclipse  annoncée !

L'identité de l'autre reniée, la sienne revendiquée avec fermeté, les associés de la dernière chance jouent leur va-tout.  Tout valdingue sur le nouvel échiquier du contrat séparé. Chacun liste ses besoins, plutôt plus que moins, chacun crie son chagrin et fait le gros malin. Les comptes sont rendus en un tour de main, grâce au contrat passé en toute conformité.  Il en est aussi d'arrangé dont on ne peut discuter.

Tout état d'âme tombe à plat dans un contrat !

Des éléments extérieurs fixent la réalité du contrat posé. Des éléments ignorés fixent celle de celui passé sous silence, et c'est là toute l'ambiguïté de la vérité. Être en conformité avec son identité peut représenter un danger pour qui vient de la contrarier. Une équation irrésolue malgré le contrat en bonne et due forme. Le contrat tacite perdure le plus souvent au-delà de la réalité du Deux qui, elle, s'est évaporée.



Voir aussi sur le blog concernant le Doux désir du Deux dans l'ordre chronologique de parution :

Le doux désir du Deux, Fran Nuda, essai, retours de lecteurs  et l'extrait choisi de promotion

 Le doux désir du Deux : l'illusion, l'autre, Fran ...

Le doux désir du Deux, : Le manque, Le don, Fran N...









                                                         








Commentaires

  1. Scotchée d'être la première, pour une fois, à me promener sur ton blog.
    Belle illustration que cette toile, la route est longue, on y croise tous les sentiments, parfois la solitude dans le 2 synonyme de souffrance. Mais cette longue route peut nous apprendre la sagesse et alors peut perdurer un amour plus serein, empreint de tendresse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nicole de donner à lire ton ressnti et la route du Deux, tu la connais bien ;)

      Supprimer
  2. Je pense que le désir s’estompe une fois assouvi et se transforme en tendresse .On n’oublie pas combien ce fut passionnel mais le contrat, l’acquis, ont tue le charme, la séduction, l’envie de l’autre , de son corps , d’être un ....
    on redevient 2 .
    C’est pourquoi je me pose la question , pour que ‘l’amour dure , il doit sans doute rester non abouti , même si le corps en souffre , un peu comme si pendant les ébats on s’arrêtait aux préliminaires 🤔. Ne dit on pas le meilleur pour la Fin ?
    Merci Fràn c’est vrai que te lire fait réfléchir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh merci Sylvie, de livrer ici ta réflexion... je sors ainsi du monologue ;)... Réfléchir... miroir, miroir, dis-moi ce qu'il en est de ce désir du Deux ou à Deux... ah ces nuances dans le langage ! ;)

      Supprimer
  3. Encore une lecture tres intéressante.Le désir est la période où le deux ne fait qu'un, c'est comme un effet miroir, puis place au contrat moral ou pas qui fait que le deux devient deux et plus...l'amour est toujours là mais sous une autre forme,la tendresse,la complicité.Le deux marche côte à côte, regardant dans la même direction , en essayant d'aller le plus loin possible sur la route de la vie (tres bien illustrée par la toile de Edward Hopper).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà ce que j'attendais... merci de ce beau retour , le tien, ton regard, ta réflexion, à partir de ce qui se dit dans cet essai...

      Supprimer
  4. Le désir. Qui n'a pas connu le désir n'a pas vécu pleinement ni complètement. Il lui manquera toujours la saveur de la gourmandise qui lui coule dans la gorge. Le désir est le bonheur pur. Le seul capable de faire battre un coeur. Le seul qui rapproche.
    Le contrat est tout autre. Il est juridique, posé, cadré. On a tellement peur de perdre le désir qu'on l'enferme sans se rendre compte que le contrat est, à plus ou moins long terme, la mort du désir. Il ne devient alors plus qu'un besoin.
    Maintenant je ne veux convaincre personne, juste apporter mon avis à l'édifice de la pyramide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, pas besoin de convaincre... juste le dire en partage, au-delà de toute polémique stérile. Merci de livrer ici ressenti et réflexion et merci de ce temps de lecture.

      Supprimer
    2. Merci à toi

      Supprimer
  5. Le désir est important en ce moment ma chère Fran, car rare... En sera-t-il encore meilleur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sens là combien le tien va crescendo... Mumm, l'effet printemps ? 😘😄

      Supprimer
    2. Mdr.... Sans doute, pt'être mais vu que je ne suis point avec mon amie, c'est la dur réalité ;-)

      Supprimer
    3. J'avions bien compris... Comme dirait quelqu'un que nous connaissons bien😘😂

      Supprimer

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Colores, Poesía de Federico García Lorca

Un instant seulement, Snowy, Y. Brun, A. Vignau, L.Quiroga