Le petit bal perdu, Bourvil et Découflé, C'était bien

La voix de Bourvil, la langue des signes façon Philippe Découflé... un petit bijou de poésie, de tendresse, de charme désuet bien français... ces petits bals où naissaient tant d'amourettes légères ou plus si affinités, lieu de rencontre par excellence... combien de couples autrefois se sont formés au petit bal du coin, dans chaque village, dans les campagnes et villes françaises... je voulais sur ce blog rendre hommage à ces bals de campagne disparus qui créaient du lien et du loisir au coeur des labours. Et puis, la voix de Bourvil si représentative de l'âme française de nos provinces quelque peu disparues aussi... non, je ne suis pas nostalgique car tout se transforme mais tout revient aussi différemment en apparence mais à bien y regarder, je connais pour ma part des lieux où l'on danse dans l'esprit d'autrefois, tous âges confondus, sur des musiques des années trente à cinquante... le swing renaît, plus explosif que ce p'tit bal, mais l'esprit de la danse populaire est toujours vivant et bon pour la santé... à tout âge... dansez, dansez...

Fran Nuda




Le Petit Bal perdu
C'était tout juste après la guerre,
Dans un petit bal qu'avait souffert.
Sur une piste de misère,
Y'en avait deux, à découvert.
Parmi les gravats ils dansaient
Dans ce petit bal qui s'appelait

Qui s'appelait
Qui s'appelait
Qui s'appelait.
Non je ne me souviens plus
Du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens
C'est de ces amoureux
Qui ne regardaient rien autour d'eux.
Y'avait tant d'insouciance
Dans leurs gestes émus,
Alors quelle importance
Le nom du bal perdu?
Non je ne me souviens plus
Du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens
C'est qu'ils étaient heureux
Les yeux au fond des yeux.

Et c'était bien
Et c'était bien.
Ils buvaient dans le même verre,
Toujours sans se quitter des yeux.
Ils faisaient la même prière,
D'être toujours, toujours heureux.
Parmi les gravats…
Source : LyricFind









Commentaires

  1. Quel souvenir je m'en rappelle de cette chanson... Et la voix émouvante de Bourvil qui n'était pas, loin s'en faut l'acteur aux rôles un peu bébéte que l'on voyait dans les films populaires.
    C'était aussi une sensibilité et une voix qui envoyait de l'émotion avec de beaux textes. Je me souviens d'une chanson au sujet d'un oranger sur le sol irlandais, c'est magnifique.
    Merci Fran pour cette belle réalisation qui apporte une jolie nostalgie si bien chantée. 🌺😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et la langue des signes avec Decoufle... Un croisé d'art qui me plaît bien😘

      Supprimer
  2. C'était une époque inoubliable.Tu as su choisir le chanteur et la chanson idéale pour rendre hommage à ces bals de campagne.Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Patsy et renez-vous au Bal Pop à Nantes, différent mais super ! 😘

      Supprimer
  3. Faut venir au Pays Basque pendant les fêtes de village, il y a toujours les bals. Bon d'accord, faut apprendre le fandango, les muxiko, le carnaval de Lanz et lever le verre entre !!! Merci pour ce beau partage fran

    RépondreSupprimer
  4. Ah... nostalgie quand tu nous tiens... merci Fran pour cette délicieuse madeleine... ����

    RépondreSupprimer
  5. Tout le charme suranné d'une époque révolue. Pourtant les amoureux sont toujours les même eux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout à fait... il existe encore de slieux où l'on danse de cette façon... ;)

      Supprimer
  6. tres belle evocation reveille les souvenirs et je vient se decouvrir que le language des mains n a pas de denomination pour moi aurais du etre incorporer dans l education nationale c est un tres bel instrument de communication

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement... les jeux de mains ne sont pas des jeux de vilains et révèlent le JE de chacun, parfois même à son insu, beaucoup mieux que des mots voire même qu'un regard... les mains et le corps dans son entier.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Colores, Poesía de Federico García Lorca

L'inconnue au parapluie, A. Vignau,toile/ P. Bertoux, texte