La porte, SYL Peintre, Elie Ayache, Magda Szabo

Comment savoir ce qu'il se passe derrière les portes fermées ? D'autant plus fermées de par la situation de Covid-19 que nous vivons actuellement. Comment ne pas relier ce mot " porte " au livre ? En effet, n'est-il pas la porte ouverte sur l'imaginaire, le rêve, l'inconnu ? Et puis, il y a aussi la porte des apparences, celle du quotidien, mais aussi celle des réseaux sociaux, à l'abri des regards, que s'y cache-t-il en réalité ? Bref, tant de questions que suscite la porte, ouverture et fermeture, intérieur, extérieur, intime, public, etc. Aux magnifiques toiles de SYL Peintre j'ai adjoint le poème de Elie Ayache, mais je ne pouvais pas faire l'impasse du livre de Magda ZSabo, LA PORTE, avec un résumé et un extrait. La PORTE toujours close du logement d' Emerence, limite infranchissable, mur de protection de sa « cité interdite ». Quels secrets cache-t-elle ? 
 
Fran Nuda




                                             



Résumé vu sur BABELIO du livre : LA PORTE

La Porte est une confession. La narratrice y retrace sa relation avec Emerence Szeredás, qui fut sa domestique pendant vingt ans. Tous les oppose : l’une est jeune, l’autre âgée ; l’une sait à peine lire, l’autre ne vit que par les mots ; l’une est forte tête mais d’une humilité rare, l’autre a l’orgueil de l’intellectuelle. Emerence revendique farouchement sa liberté, ses silences, sa solitude, et refuse à quiconque l’accès à son domicile.
Quels secrets se cachent derrière la porte ?

Chef-d’œuvre de la littérature hongroise dont le succès fut mondial, prix Femina étranger en 2003, La Porte a été élu meilleur livre de l’année 2015
par le New York Times.


Extrait :

 Un jour, je lui annonçai que je l'emmènerais le lendemain au studio. En réalité, j'avais peu d'espoir qu'elle vienne, puisqu'elle ne s'éloignait jamais de sa maison sinon pour aller au cimetière, mais le lendemain matin, elle attendait la voiture sous le porche, en grande tenue, les doigts croisés sous un mouchoir immaculé et un brin de marjolaine. J'eus alors honte de toutes les remarques cyniques que nous échangions lors de nos disputes ou, ce qui est pire, des moments où nous enfermions notre colère dans un carcan de glace, laissant hiberner notre rancoeur jusqu'à ce que nous trouvions de nouveau le temps de nous poignarder, parce que les heures filent, et que lors d'un tournage, chaque seconde représente de l'argent. Et elle, sur son trente et un, attendait de voir quelque chose qu'elle prenait terriblement au sérieux.

Personne n'ennuya Emerence en lui demandant ce qu'elle venait faire là, à l'entrée on la prit pour une figurante, elle parcourut la cour des studios du même pas naturel et dégagé que si elle était scénariste ou actrice. Elle s'assit où on lui indiqua sa place, elle resta silencieuse, attentive, ne posa pas de questions, ne bougea pas, ne dérangea personne. Nous en étions à une scène difficile qui devait être spontanée, sans effet particulier, c'était la cavalcade coutumière, les préparatifs routiniers s'enchaînaient, maquillage, répétitions, éclairage, profondeur de champ, mise en place, prêts, clap, puis il fallut repartir, le tournage continuait sur l'île Marguerite, dans la voiture Emerence regardait défiler le paysage en ouvrant de grands yeux, je crois bien qu'elle n'était pas venue au grand Hôtel depuis des décennies, si toutefois elle l'avait jamais vu. Nous tournions en extérieur, Emerence regardait alternativement l'assistant opérateur dans un hélicoptère et le cameraman sur la grue, là au moins la machine, la technique étaient aussi importantes que les acteurs dans la grande scène d'amour. La forêt, la terre, le monde planaient, les arbres se penchaient comme pour recouvrir l'homme et la femme pris de vertige dans les vagues de la passion, quand nous visionnâmes la séquence, tous les plans se révélèrent superbes, une rare réussite.

Nous allâmes manger quelque chose, Emerence n'avait pas envie d'entrer au Grand Hôtel, elle était à présent réticente, désobligeante, ne regardait plus autour d'elle. Connaissant bien ses différents visages, je savais qu'elle en avait assez vu, qu'elle ne voulait pas rester, rentrons à la maison, suggéra-t-elle. Je sentais que quelque chose n'allait pas, sans pouvoir en exprimer la raison comme bien souvent, je pensais qu'elle me le dirait à la maison, par chance j'avais terminé, je pris congé et nous partîmes. Dans la voiture, elle défit aussitôt deux boutons en haut de sa robe comme si elle étouffait. Enfin, elle révéla ce qui la contrariait, j'ai rarement entendu une telle amertume dans sa voix : nous étions des menteurs, des hypocrites, déclara Émerence. Il n'y avait rien de vrai, nous faisons bouger les arbres avec des trucages, on ne voit que le feuillage, quelqu'un fait des photos dans un hélicoptère qui vole en rond, ce ne sont pas les peupliers qui bougent, et pendant ce temps, elles, les spectateurs croient que toute la forêt saute, danse, valse. Ce n'est que de la tromperie, une abomination. Je me défendis, elle avait tort, les arbres mis en mouvement dansent quand même puisque le spectateur le perçoit, ce qui importe c'est l'effet produit, non le fait que les arbres bougent réellement ou qu'un technicien crée une impression de mouvement, et en fin de compte, comment imaginait-elle que la forêt puisse se déplacer alors que les racines retiennent les arbres. Croyait-elle que donner l'illusion de la réalité, ce n'était pas de l'art ?

- L'art, répéta-t-elle avec amertume, si vous étiez effectivement des artistes, tout serait vrai, même la danse, parce que vous seriez capables de faire danser le feuillage en le lui demandant, sans avoir besoin d'une machine à vent ou de je ne sais quoi, mais tous autant que vous êtes, vous ne savez rien faire, pas plus que les autres, vous n'êtes que des pitres, encore plus misérables, plus malfaisants qu'un larron.
Stupéfaite, je la voyais s'éloigner vers les profondeurs d'une inconcevable géhenne, comme quelqu'un qui se précipite au fond d'un puits et dont on n'entend déjà plus que le halètement et les invectives. À la fin, sa voix ne fut plus qu'un murmure :

- C'est vrai qu'il existe un moment où ce bonhomme d'opérateur n'aurait pas eu à lever la main, pas besoin non plus d'hélicoptère, parce que les plantes bougent d'elles-mêmes.
Seigneur, qu'avait pu être cet épisode faustien de sa vie où elle a crié à l'instant de s'arrêter parce que les arbres bougeaient autour d'elle ? Je ne le trouverai pas, mais il est quelque part dans le temps.




Commentaires

  1. Que te dire ? Ça pourrait être un petit mot de 5 lettres , le meilleur évidemment, pas l’autre , MERCI mon amie .
    Bel hommage , poésie n’en parlons même pas , tout est dit , presque tout ce que je ressentais en peignant ces portes, mais si j’avais les mots, je ne peindrais pas non plus .
    Pas d’enfer, ni de paradis , tu as fait ton choix.
    Tu sais nous toucher toi .... même npus prendre .
    Donc je réitère : MERCI FRÀN
    💋💕

    RépondreSupprimer
  2. Les merveilleuses toiles de Sylvie qui nous laissent imaginer plein de secrets et grâce à toi,les magnifiques textes de ces deux écrivaines que tu me fais découvrir.Bravo et merci pour ce délicieux moment.

    RépondreSupprimer
  3. Ces portes il y a quelques temps que je ne les ai vues. Mais le souvenir toujours aussi présent. Elles n'ont pas pris une ride. Les textes qui les accompagnent, mais qui accompagne qui? sont un pur bonheur. J'ai repassé plusieurs fois cette video de manière obligatoire, de manière à en comprendre le sens. J'ai vraiment aimé. Vous faites vraiment la paire toutes les deux. Inséparables et complementaires pour notre plus grande joie. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis d'accord pour la paire et depuis la première rencontre. Et toi toujours un lecteur aurhentique et ça c'est aussi un cadeau de la vie😘😊

      Supprimer
  4. La porte...
    Que j'aime les Toiles de Sylvie qui je l'espère sincèrement s'exposeront un jour dans une belle Galerie, au vu de tous-toutes !
    Les textes choisis sont très beaux, dont le poème d'Elie Ayache que j'adore !
    Merci Fran pour ce merveilleux cadeau, tu nous combles !(((💙))) D'ailleurs, les Visiteurs ne s'y trompent pas, 46, Oh la la, super, succès mérité !
    "Franchissez la porte pour entrer dans votre rêve", W.B. Yeats ...Et bien c'est fait, Merci Sylvie !😘
    (((💖))) Bisous fleuris Soiz (((*_*)))

    RépondreSupprimer
  5. C'est superbe le mixte ! Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Jule liliane battantes ou dérobées en métal ou bois dur fermées sur le passé ouverte sur le futur,, tes portes Sylvie sont de petites merveilles, seul m amitié ou l amour m apporte l envie irrésistible de l ouvrir...
    Accompagne de ses superbes textes c est un plaisir réuni
    Merci Fran de cette belle complicite entre vous....
    Amities
    Marwychkka lyly ❤️

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Un instant seulement, Snowy, Y. Brun, A. Vignau, L.Quiroga

Colores, Poesía de Federico García Lorca