Le doux désir du Deux : L'identité, La fidélité, F. Nuda, HOPPER, Tables for ladies

Le doux désir du Deux... L'identité, La fidélité... deux mots qui ont parfois beaucoup de mal à se concilier voire même à se réconcilier... j'ai choisi cette toile de HOPPER pour la lumière qui s'en dégage, grâce au jaune et blanc très présents, symbole pour moi d'une identité assumée, revendiquée par la présence de ces deux femmes au travail, chose rare à cette époque... et le reflet de la fidélité que l'on doit à soi d'abord... en un mot, responsable - capable de répondre - de sa vie, pour tout et surtout en amour.

Fran Nuda

Tables for ladies
Edward Hopper, 1930
Huile sur toile 122,6 x 153
New York, The Metropolitan
L'identité 


Une nécessité à traverser si l'on veut se placer, comme il sied sur l'échiquier du Deux. Choisir les mots que l'on veut dire, comme un mot d'ordre à soi, être ou ne pas être. Ne pas laisser l'autre agir selon sa fantaisie, ni parler à mots couverts. Avoir son mot à dire et le coucher, là, sur la feuille vierge de sa nouvelle identité revendiquée ; comme un mot plein qui se suffit à lui-même, face à l'autre qui écoute.

Devenir le mot-clé de qui je suis !

Pour peu qu'on la laisse se dire, l'identité signe la fin des joutes malsaines ; pas de mot plus haut que l'autre, chacun donnant le sien pour créer le lien humain qui unit plutôt qu'il n'attache ou ne tâche. Cette identité retrouvée de ce temps lointain de l'enfant où les mots lui jouaient des tours, des tours de passe-passe, provoquant chez les grands cette hilarité quand s'échappe la poésie du double sens.

En un mot je suis le mot d'esprit !

Des mots d'enfant, parfois, suivront des mots d'auteur, histoire de prendre au mot tous ceux qui s'y frotteront, comme une revanche sur le langage des gens savants qui se gaussaient des inversions. On les choisit jolis ou gros, selon l'idée à exprimer ; certains leur préfèrent les grands, croyant de ce fait, mieux trouver le remède. Mais il est des mots nécessaires pour rendre le Deux  durable, ce sont les mots d'amour.

Que ne suis-je le mot de la fin sans y perdre mon latin !

Avoir le dernier mot cesse alors d'être l'enjeu de ces échanges véritables, qui scellent  l'alliance de deux cœurs à l'unisson. L'un devient celle ou celui qu'il est, au plus près de son identité première, grâce au regard bienveillant de l'autre qui l'assoit dans une réciprocité nécessaire, dont naîtra le respect que chacun se doit, pour perdurer ce lien d'amour autrefois versatile mais devenu, avec le temps, tangible.
                                                                 

La fidélité


Quand le lien dure, comment ne pas l'exiger, cette fidélité si prônée comme garante de l'amour que l'un doit à l'autre ? Une équation à deux inconnus, d'abord, dans un cadre réducteur, pour amplifier la valeur du Deux respectueux. Une aptitude probable, une option, pour accéder au temple de l'amour partagé. Exploit suranné ? Impossibilité ? Indispensable nécessité ? A chaque Deux sa vérité...

Voie à l'issue inconnue dont on revient, parfois, moulu !

Être pourvu d'une vue suffisante pour mesurer la constance dans l'engagement. Difficulté à écrire, sur chaque page de la vie, ce mot si doux à l'oreille de qui la reçoit, et si dur, à qui prend la responsabilité de la fidélité. Preuve d'amour, don de soi, désir maintenu, illusion, nécessité ? Comment en connaître les réponses si l'on reste fidèle ? Un brin d'humour s'impose quand le pas contraire est franchi.

Programme alléchant pour tout débutant !

Mission le plus souvent impossible, la fidélité pose question. Chacun en définit les règles et sans échanger sur elles, comment tomber d'accord sur sa définition ? La fidélité que l'on promet sera-t-elle celle que l'on désire ? Le comportement exemplaire est-il le garant indispensable de la durée de la relation ? La mise en lumière de sa nécessité, de part et d'autre, mérite quelques éclaircissements.

Mission quasi impossible en ces temps de luxure revendiquée !

La fidélité à soi ne vient-elle pas entraver celle que je lui dois ? Question récurrente à qui se veut libre de papillonner sans consommer sur la durée. Il est clair que n'aimer qu'une fois, dans nos vies multipliées, reste un exploit  que peu peuvent réaliser. En quoi le Deux entrave-t-il la liberté d'être ? De qui se méfier quand les opportunités s'étendent au sein des technologies nouvelles ?


Voir aussi sur le blog concernant le Doux désir du Deux dans l'ordre chronologique de parution :
Le doux désir du Deux, : Le manque, Le don, Fran N...

 Le doux désir du Deux : Le désir, Le contrat, F. N...


Commentaires

  1. Zut peux même pas m'inspirer des commentaires des autres.
    Toujours si bien écrit. Je pense comme toi que chaque deux a ses arrangements et sa manière d'avancer et ce qui convient à certains ne convient pas forcément à d'autres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fidèle ô ma fidèle ! Et s'il en reste une ce sera elle, merci Nicole😘😄

      Supprimer
  2. Je n’ai aucune identité et je ne suis pas fidele, conclusion 😉
    Chacun sa route comme dit Nicole , qd on est amoureux et fusionnel je pense qu’on y perd son identité , tellement En symbiose qu’on ne sait plus qui est qui . Quant à la fidélité , comment ne pas l’être ? Tous les autres autour ont l’air si loin , si vide , et puis ils ne peuvent pas comprendre ....
    tt ça en passionnés et amoureux , ensuite moi je suis moi , et je peux flancher si attirance 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de donner à entendre ta parole ici et autour de ces deux mots... ;)

      Supprimer
  3. Il y a tellement de choses que l on est certain de ne jamais faire et puis ...... on les fait, même des choses banales. Quand on se marie,c est pour la vie.... et pourtant il y a des divorces. Et combien d autres exemples....
    Il ne faut jamais dire « jamais » , je veux dire , on ne peut pas affirmer que telle ou telle chose n’arrivera pas parce qu on évolue, on vit et on change, tellement de choses rentrent en compte.
    La fidélité on la souhaite bien sûr , on ne veut pas trahir l autre , et on ne veut pas être trompé mais nous ne sommes pas à l abri d’un dérapage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'apposer ta parole ici concernant ces deux mots... ;)

      Supprimer

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Un instant seulement, Snowy, Y. Brun, A. Vignau, L.Quiroga

SYL Peintre, rétrospective 2019, et Issa