Articles

Affichage des articles du mai, 2020

Les toiles de Sophie R. et la poésie de Soiz Paris

Image
L'une vous est déjà connue, par ses écrits divers, ses photos, Soiz Paris ; l'autre, non mais voilà l'opportunité ici de découvrir ses toiles. Sophie R. a plusieurs cordes à son arc, notamment la cuisine, sucré ou autre, elle excelle. Ancienne danseuse aussi mais toujours l'âme mouvante, malgré la maladie qui la cloue de plus en plus sur son fauteuil. Fauteuil qu'elle doit renouveler, pour la majeure partie, à ses frais, comme si souffrir de sclérose en plaques n'était pas déjà suffisant pour une prise en charge de cet outil devenu indispensable, maintenant, pour elle. Si, d'une manière ou d'une autre, vous pouvez lui venir en aide, contactez-la sur son profil FB. Pour l'instant, place à ce que j'aime le mieux faire, croiser les Arts, en toute liberté. Sophie et Soiz ne se connaissent pas, je crois. Elles m'accordent leur confiance et je les en remercie. Dans l'espoir de ne trahir aucune d'entre elles ici, dans cette libre associatio…

L'art du quatrain, François Cheng, vidéo et quatrains

Image
Que dire ? Cet homme le dit tellement mieux... alors, je vous laisse écouter, à travers sa parole, l'art et la beauté du quatrain... Quelle bien belle âme ! Quelle nourriture spirituelle essentielle... Merci monsieur François Cheng. Il n'aura peut-être pas échappé à certains la petite phrase qui figure sous le titre de ce blog et qui donne la juste mesure du sens même de ce blog. Elle ne pouvait être extraite que d'un quatrain de François Cheng, celui inscrit en premier et l'un de ceux qui me parlent au plus profond de moi, comme les suivants ; une porte ouverte sur l'incommensurable offert par cet homme de 91 ans actuellement... gratitude... qu'il me plaît d'offrir à Patsy Landry, amie du Québec, qui fête aujourd'hui son anniversaire... bel anniversaire, donc, chère Patsy, avec ce choix de quatrains, malgré les circonstances et une pensée profonde pour ta maman...


Fran Nuda


Le sort de la bougie est de brûler.
Quand monte l’ultime volute de fumée,
Elle …

To Be or Not To Be, Hamlet, Abia Dasein, poèmes et vidéo

Image
Déjà présente sur ce blog mais aujourd'hui c'est une vidéo qu'elle nous donne à voir et à entendre ; un extrait de Hamlet de Shakespeare, To Be or Not to Be, that's the question... éternelle question pour une vie humaine éphémère. J'ai beaucoup apprécié le dire et la mise en scène de Abia qui a décidément bien des atouts artistiques en plus d'une belle maîtrise de l'anglais ; meilleure que la mienne d'où cette traduction jointe pour ceux qui seraient dans le même cas que moi. J'y joins deux poèmes écrits par notre artiste et que j'ai choisis. Par ailleurs, elle co-gère une revue de poésie nantaise  gratuite " L'insolite " ouverte à tous les poètes de Loire-Atlantique, participe à de nombreuses scènes de slam sur Nantes ; elle est aussi professeure d'anglais, écrit des haïkus et autres poèmes aussi bien en anglais qu'en français. 

Fran Nuda


HAMLET. – Être Ou ne pas être, cela est la question. Est-il plus noble pour l'espr…

De la violence conjugale au féminicide

Image
Tant de choses derrière cette porte fermée aux regards extérieurs, tant de maux subis sans en dire un  seul mot tant la peur est là, tapie, en soi. Tant de violences familiales dont les enfants sont les témoins impuissants, tant de prises de conscience aussi et pourtant... pourtant ce sont toujours les victimes qui doivent laisser le logement familial, ce sont toujours les victimes qui se sentent coupables, ce sont toujours les victimes qui doivent apporter des preuves de leur martyre... où en sommes-nous aujourd'hui de ce fléau qui sévit toujours tout autant ? En 2019, 150 femmes ont été tuées par leur conjoint.  Un crime de propriété, où l'homme ne peut tolérer que "sa chose" s'émancipe et le quitte, et cette vidéo donne à voir tout ce qui se joue dans ce huis clos familial où la violence psychologique avant tout s'exerce. La violence ne doit jamais trouver raison d'être...il suffit de lui dire NON... et une reconnaissance plus active de ce qui se joue …

Joyce en mai 2019, à Nantes, avec Yves Brun

Image
16 mai 2019, arrivée de Joyce et Yves à Nantes... une première et si heureuse de les recevoir chez moi ! Quelques jours de partage, de champagne et de balade comme celle que je vous propose ici sur cette vidéo souvenir, dans cet espace nouveau, L'Île de Nantes où l'Histoire et l'avenir se mêlent et s'emmêlent... c'était le 18 mai... Nantes, une ville en pleine expansion, une ville de plus en plus cosmopolite mais une ville aussi où les dangers planent, notamment celui de la drogue de plus en plus banalisée, que l'on côtoie sans le vouloir, désormais, à peu près partout ; d'où mon choix de ce poème de Yves qui colle parfaitement à la vie nocturne nantaise actuelle, sachant que, de jour, tout quartier est maintenant envahi par ce trafic sans que rien ne soit fait pour en cesser la propagation autour des établissements scolaires et tout lieu public, comme, par exemple, le parc où j'habite ; les dealers opèrent sous notre nez, au milieu de jeux d'enfant…

Fleur, vous avez dit fleur ? Peintures, et poème de V. Hugo

Image
15 mai 2020... ainsi je découvre que c'est son anniversaire... ça ne pouvait mieux tomber car je venais de mettre en réserve quelques toiles de divers artistes  trouvées sur sa page FB que je découvre depuis peu... dans la profusion des publications, j'extrais nombre de toiles de fleurs en tous genres... voilà donc un juste retour en ce jour qui l'honore... Ces quelques fleurs donc en vidéo et ce poème de Victor Hugo qui transmet si bien ce lien qui unit la fleur au papillon, mais aussi à l'abeille... ceci afin de rappeler combien le butinage est une nécessité pour tous...  par ailleurs, Patricia a écrit plusieurs textes déjà sur ce blog dont vous trouverez les liens au bas de cette publication. Bel anniversaire à toi, Patricia ! Il se trouve que c'est aussi la date anniversaire de ce blog, en 2018... eh oui, deux ans jour pour jour...

Fran Nuda




La pauvre fleur

La pauvre fleur disait au papillon céleste
— Ne fuis pas !
Vois comme nos destins sont différents. Je reste,…

De la mémoire de l'humiliation à l'éloge de la Créolité

Image
" Ni Européens, ni  Africains,  ni Asiatiques, nous nous proclamons Créoles. Cela sera pour nous une attitude intérieure, mieux : une vigilance, ou mieux encore, une sorte d'enveloppe mentale au mitan de laquelle se bâtira notre monde en pleine conscience du monde " Premières lignes de l'ouvrage Eloge de la créolité, de Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, et Raphaël Confiant, édition Gallimard. Je voudrais aussi citer ici cette phrase dont je connais personnellement la portée et qui donne à toute langue son fondement, la nécessité absolue de s'approprier son histoire en y posant ses propres mots : " Quand on n'a pas de racines, on les plante dans la langue " et finir en citant Victor Ségalen : " C'est par la différence et dans le divers que s'exalte l'Existence. Le Divers décroît. C'est là le grand danger."
Fran Nuda
Extraits :

"A un monde totalement raciste, auto-mutilé par ses chirurgies coloniales, Aimé Césaire restitua…

Chant aux enfants abusés, Fran Nuda, poèmes

Image
Comment ne pas y penser encore plus en cette période de pandémie ? Comment ne pas penser à ces enfants, les mains fouillant la montagne d'immondices afin d'y trouver de quoi gagner quelque sou ou de quoi manger et qui d'un sourire vous disent " moi je n'ai pas peur d'un virus et si je meurs c'est pas grave " ? Comment ne pas penser à tous les enfants qui, déjà, bien avant ce virus, ont connu tant d'horreurs en si peu de temps, parfois au sein même du foyer chargé de les protéger ? Tout abus de pouvoir commence là, dans l'enfance, que l'on soit homme ou femme, et le pire des abus est celui qui touche à l'intime ; je pense là, en cette période de confinement, à tous les enfants abusés au sein même de leur foyer auquel ils se trouvent actuellement totalement prisonniers, sans aucun aide. Leur prêter mes mots est bien maigre consolation mais puissent-ils sensibiliser quelques-uns afin que cette situation évolue vers le respect de l'enf…

Intermittents du spectacle en danger et pourtant la culture...

Image
Je relaie aujourd'hui ce post dans l'urgence absolue d'une prise en compte nécessaire au vu du grand silence tant du gouvernement que des médias et de la plupart des personnes notamment sur les réseaux sociaux. Et pourtant, actuellement, ce sont eux les " saltimbanques " qui nous font supporter au mieux ce confinement qui nous sauve d'un virus pour nous plonger dans un désastre dont certains ne se relèveront pas. Année blanche donc pour eux et non pas noire, ce qui signerait la mort de beaucoup d'entre eux... et la mort annoncée d'une liberté, celle de l'expression  sous toutes ses formes, de la culture dont André Malraux disait : " La culture... Ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers ". 

Fran Nuda


Compte tenu de la situation, malgré le peu de visibilité qu'aura mon post, j'aimerais vous repartager aujourd'hui cette vidéo ( et le lien de 2 pétitions  si vous avez le désir de soutenir la cau…

Jeux de plage, toile de Yves Le Cunff, haïbun de Fran Nuda

Image
Parfois la vie nous joue des tours, comme l'écriture d'ailleurs... Me voici engagée, dans le cadre d'un salon du livre à Chateaubriant, dans un échange de regards : un artiste-peintre choisit un titre d'ouvrage pour réaliser une toile, et un auteur écrit un texte sur la toile de cet artiste sans l'avoir préalablement choisi, la primeur étant donné à l'artiste-peintre, et pour moi, ce fut Gilles LE CUNFF,  pas du tout adepte du numérique. La rencontre s'est  donc faite en direct, rapidement, hop, photo de la toile. Je pense que ça va être facile en fait. Mais lorsque les premiers mots me vinrent, l'image d'une maman s'imposa. Quelque peu décontenancée, je laisse faire les mots - haïbun -  prose et haïku - vient de lui-même, alors que je ne suis pas adepte de ce type d'écriture,le haïbun. Toutefois, je doute de ce texte sorti d'un seul jet. Quelques temps plus tard, je le fais lire à ma fille en lui montrant la photo du tableau et voir si…