Entrer en relation, la fonction du corps, Yvan Amar, et les RDV de l'Erdre 19

Voici la rentrée... un secteur semble complètement oublié, occulté, laissé pour compte, arrêté, la Culture, le spectacle, les salons du livre, les lieux du lien social et humain qui fonde toute société et relation au monde... Pourquoi ? Masqués, mains lavées et désinfectées, évidemment, pourquoi ne peut-on se rendre dans une salle de spectacle, danser, être ensemble si les gestes barrière sont respectés ? On peut passer une journée dans le train mais pas 2 heures maxi dans une salle de spectacle ?  Je me pose de plus en plus de questions sans remettre en cause la nécessité des mesures comme le port du masque en lieu clos ou lieu très fréquenté, le lavage régulier indispensable des mains. Mais la liberté d'aller et venir, de vivre en relation, les uns et les autres ? Comme sur les Bords de l'Erdre l'an dernier et les années précédentes lors du dernier week-end d'août.... mais désormais avec ce nouveau virus qui ne peut nous priver de la relation que nous avons avec l'énergie qui sous-tend le cosmos, au risque alors de mourir aussi et autant  voire plus que de la covid 19.

Fran Nuda




" La structure même du corps témoigne de sa fonction, qui est d'entrer en relation. Cela suppose que l'Intelligence qui l'a créé ne peut se reconnaître qu'à travers la relation, non dans la solitude. Tout le travail va d'abord consister à nous mettre profondément en contact avec l'intelligence et la raison d'être du corps en tant que sujet de relation et lieu d'échange. Plus tard, lorsqu'on se situe à un autre niveau d'intimité avec le corps, on ressent les rythmes qui animent cette structure organisée autour de la relation. plus cette intimité s'approfondit, plus le contact avec les rythmes ( respiratoire, cardiaque... ) s'intensifie. Et l'on découvre que le rythme est lié dans le corps à un mouvement double : s'il y a rythme, c'est qu'il y a deux, et là encore apparaît une relation. L'expérience intime des dynamismes vivants du corps est à nouveau celle de la dualité, de la relation à un niveau subtil de l'existence même du corps. Mais le rythme le plus important, celui qui donne sens à l'homme debout, c'est la marche, autre mouvement double qui fait avancer alternativement un pied devant l'autre. Grâce à la conscience profonde de ces rythmes, nous allons peu à peu sentir que c'est par leur intermédiaire que nous pourrons nous insérer dans les rythme du grand corps. Une certaine façon de respirer nous met en accord avec un environnement qui nous respire et nous inspire, habités que nous sommes par l'intelligence de cette respiration, et c'est aussi vrai pour le rythme cardiaque que pour celui de la marche. Accomplie consciemment l'acte est  probablement l'acte le plus régénérateur, la pratique corporelle la plus aboutie qui soit."


Extrait du livre de Yvan Amar, L'effort et la grâce, 1999, entretien à propos du travail corporel.

Commentaires

  1. Merci Fran pour cette vidéo et ce texte de Yvan Amar.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut difficile de choisir un extrait de cet entretien qui forme un tout à lire et à relire à l'aune de ce que nous vivons actuellement. Etre relié à l'essentiel, une aide précieuse jamais évoquée dans les medias et pourtant...

      Supprimer
    2. Merci Fran, l'importance de ce corps dans lequel nous sommes incarné mais aussi celui de notre âme, esprit, conscience privé pour l'instant de sa nourriture culturelle.

      Supprimer
    3. Heureuse de te lire ici, Liliane ;)

      Supprimer

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c&#39 est fait.
MERCI !

Posts les plus consultés de ce blog

Un instant seulement, Snowy, Y. Brun, A. Vignau, L.Quiroga

Colores, Poesía de Federico García Lorca